Séries

Le duo Leclerc-Vettel : Grand Prix de Bahreïn, une hiérarchie stable ?

La venue de Charles Leclerc chez Ferrari était l’une des grandes nouvelles du mercato 2019, et force est de constater que le Monégasque n’a déçu personne. S’il était au départ numéro deux derrière Vettel, il a rapidement prouvé qu’il valait mieux qu’un rôle de porteur d’eau. La première démonstration de cette fougue fut le Grand Prix de Bahreïn et on n’imaginait pas alors le jeune pilote de 22 ans bousculer son aîné allemand à ce point…

Le petit monde de la F1 arrive ici à Bahreïn pour la seconde manche de la saison, et Ferrari fait la soupe à la grimace. Alors que la SF-90H s’est montrée la plus rapide lors des essais hivernaux, le Grand Prix d’Australie fut une immense déception. Hors du rythme, les monoplaces italiennes ont ainsi fini quatrième et cinquième, loin des Mercedes et de Verstappen. En fin de course, Binotto a ainsi fait respecter la hiérarchie en gelant les positions, empêchant Leclerc pourtant plus rapide de doubler Vettel.

Bahreïn doit être le théâtre d’une révolte immédiate pour l’écurie au cheval cabré, sinon Mercedes va se retrouver seule au monde pour les deux titres mondiaux. La seule consolation que Vettel peut alors avoir est que la victoire est revenue à Bottas, qui est clairement le numéro 2 à Stuttgart… pour le moment ? Le Finlandais semble décidément bien en verve et alors en mesure de jouer lui aussi le titre…

Leclerc et Vettel au GP de Bahrein ©Sky Sports

Les qualifications permettent cette fois aux Ferrari de se mettre en valeur… mais la pole revient à Leclerc ! Si les Rouges monopolisent la première ligne, c’est le petit jeune qui part premier. Le Monégasque devient également le deuxième plus jeune poleman de l’histoire à 21 ans, 5 mois et 15 jours, derrière… Vettel. Malgré cette belle performance, on imagine que Ferrari, spécialiste des consignes de course depuis la nuit des temps va favoriser Vettel…

Le départ va dans un premier temps éviter ce problème à Ferrari. Leclerc fait patiner ses roues et se fait doubler par son coéquipier ainsi que par Bottas, tandis qu’Hamilton ne parvient pas à profiter de la situation. Cependant, le pilote de la Scuderia se refait la cerise rapidement et repasse Bottas dans le deuxième tour. Le voilà à la poursuite de Vettel, et les Ferrari sont de nouveau aux deux premières places.

GP de Bahrein 2019 - départ

Mais Leclerc dans sa fougue ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et demande à son muret s’il peut dépasser Vettel, car il fond sur lui. Le pit wall des Rouges refuse au nom de la hiérarchie d’équipe, et Charles décide alors de n’en faire qu’à sa tête : il passe l’Allemand dans le sixième tour et mène un Grand Prix pour la première fois de sa carrière ! Qui plus est, son rythme est bon et il creuse rapidement l’écart.

Au jeu des arrêts aux stands, il rafle la mise puisqu’il garde le leadership tandis que Vettel doit rattraper puis dépasser Hamilton pour reprendre la deuxième place. Autant les Ferrari sont là où elles veulent être, autant elles ne sont pas dans l’ordre qu’imaginait l’écurie… Et pour ne rien arranger, l’Allemand effectue une pirouette dans le 38ème tour alors qu’il est attaqué par Hamilton. Déventé, il part en tête à queue et détruit ses gommes, et pour ne rien arranger les vibrations engendrées font passer son aileron sous son train avant à 250 km/h quelques virages plus loin ! Il parvient tout de même à rentrer aux stands pour réparer, mais il ne repart que neuvième…

L'aileron de Vettel qui passe sous la voiture sans aucun contact en pleine ligne droite

Devant, Leclerc contrôle toujours la course et colle une raclée à Vettel… mais la malchance frappe l’écurie italienne puisque le Monégasque rencontre un problème moteur ! Il reste encore onze tours à couvrir et il ne peut logiquement résister à Hamilton qui le dépose deux tours plus tard. Il choisit cependant de continuer en espérant que le moteur tienne, tandis que Vettel remonte dans le peloton pour sauver un top 5. Bottas parvient ensuite à doubler Leclerc à son tour pour assurer un second doublé Mercedes, et le pilote Ferrari ne sauve son podium que grâce aux casses moteur simultanées des deux Renault. Verstappen l’aurait sinon dépassé sans le moindre mal…

C’est ainsi qu’un Lewis Hamilton chanceux s’impose devant Bottas et le malheureux Leclerc, qui signe malgré tout le meilleur tour en course et son premier podium. Il a totalement éclipsé Vettel avec une course dominée jusqu’à ce fichu problème moteur, ce que la presse italienne ne manque pas de souligner. Certains observateurs voient même le jeune Monégasque ne faire qu’une bouchée de l’Allemand, qui a de nouveau craqué sous la pression. Qu’il semble loin le temps où il écrasait le championnat du monde avec Red Bull…

Hamilton félicite Leclerc ©Le Soir

A la faveur de son meilleur tour en Australie, Bottas garde la tête du championnat avec 1 point d’avance sur Hamilton. Verstappen est déjà à 17 points, Leclerc à 18 et Vettel à 22, autrement dit, s’il n’y a pas de réaction rapide le championnat se jouera entre les deux pilotes Mercedes. Mais nombreux sont ceux qui doutent de Bottas, qui n’a jamais eu la même hargne et la même détermination que Rosberg pour aller chercher le titre face à il est vrai l’un des meilleurs pilotes de sa génération. Hamilton combine talent, régularité et maîtrise de la course comme personne ou presque, et Bottas malgré tout son talent semble encore un peu tendre pour être une réelle menace.

Si chez Ferrari nous sommes de nouveau déçus par la tournure prise par les événements, la hiérarchie n’est pas encore remise en cause. Personne ne blâme Leclerc malgré le fait qu’il ait enfreint les consignes de l’écurie, bien au contraire puisqu’il aurait dû gagner ce Grand Prix. Malgré la frustration liée à ce stupide problème moteur, il a déjà démontré qu’il n’avait pas volé sa place et qu’il faudrait compter sur lui à l’avenir.

Avatar

Né avec le rêve de rejoindre Schumacher, Senna ou encore Prost au firmament de la Formule 1, aujourd'hui j'essaie de raconter leur histoire, ainsi que celle de tous les pilotes et de toutes les écuries qui ont fait, font et feront la légende d'un des plus beaux sports du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :