Dans les allées du Paddock

Williams : le miracle a eu lieu !

On sait les Williams terriblement lentes depuis le début de saison. Et pourtant, l’impossible s’est produit à la fin de ce Grand Prix d’Allemagne complètement fou : Robert Kubica finit 10ème et donc dans les points ! Mais comment une telle performance a-t-elle été possible ?

La Williams FW42 semble sortie d’un temps où les écarts entre le poleman et la dernière ligne pouvaient atteindre les 5-6 secondes voire plus. Incapables de rivaliser avec le milieu de grille, les monoplaces bleues et blanches monopolisent la dernière ligne et les deux dernières positions de chaque course, et ce, depuis le début de saison.

Cependant, à défaut de jouer les points, les monoplaces de Grove ont terminé chaque course depuis le début de saison. Georges Russell et Robert Kubica ne partent que très peu à la faute, et les voitures ont le mérite d’être fiables, telles la réincarnation des Marussia et autres Catheram. De temps à autre, l’écurie anglaise a quelques fulgurances, comme à Monaco où Russell termine 15ème, se payant le luxe de devancer Stroll et les Alfa Romeo, Giovinazzi terminant également derrière Kubica !

Comme souvent avec ces écuries, seul un scénario n’ayant le moindre sens peut leur permettre d’aller signer une belle performance. Et ce Grand Prix d’Allemagne en fut la parfaite illustration. Pendant que des Leclerc, Bottas ou encore Hamilton se sont retrouvés dans le décor ou presque, nos deux Williams ont fait une course sans histoire, puisque personne ne les a évoquées. Leur remontée s’est fait au fil des abandons, soit dans l’ordre Pérez, Ricciardo, Norris, Leclerc, Hülkenberg, Bottas et enfin Gasly.

C’est ainsi que, bien que largués comme à l’accoutumée, Kubica et Russell terminent respectivement 12ème et 13ème, juste derrière Lewis Hamilton. Il s’agit et de loin du meilleur résultat de la saison pour Williams, mais la fête n’est pas terminée pour autant…

Rapidement, les deux Alfa, 7ème et 8ème sont sous le coup d’une investigation pour un incident survenu au départ. L’écurie ex-Sauber a été reconnue coupable d’avoir illicitement géré le couple de l’embrayage et les deux voitures se sont vues pénalisées de 30 secondes. Une Safety Car étant intervenue quelques tours auparavant, Räikonnën et Giovinazzi se retrouvent alors 12ème et 13ème. Les Haas marquent 10 points au lieu de 3 malgré un nouvel accrochage, Hamilton sauve la neuvième place… et Kubica marque le point de la 10ème place !

Le Polonais en profite pour signer un nouveau record, puisqu’il n’était pas rentré dans les points depuis le Grand Prix d’Abu Dhabi 2010 (cinquième), soit huit ans, huit mois et quatorze jours ! Quand on dit que les records sont faits pour être battus… Celui-ci aura eu besoin d’un concours de circonstances absolument incroyable, décrit bien plus en détails dans le Débrief F1. Et si la pluie ne revient pas, il y a fort à parier que ce point sera le seul glané par Williams cette saison, un crève-cœur pour les fans qui les voyaient se battre à l’avant dans les années 80 et 90. Un point pourtant salvateur puisque qu’en cas de point marqué dans le championnat, la FOM prend en charge la logistique de l’écurie.

Avatar

Né avec le rêve de rejoindre Schumacher, Senna ou encore Prost au firmament de la Formule 1, aujourd'hui j'essaie de raconter leur histoire, ainsi que celle de tous les pilotes et de toutes les écuries qui ont fait, font et feront la légende d'un des plus beaux sports du monde.

Un commentaire

  • Avatar

    Yann Le Clère

    On peut parler d’un GP complètement fout ça je le confirme carrément, après il y a les circonstances de courses comme les sorties de routes des meilleurs pilotes mais quand 2 pilotes sont autant déterminés l’un que l’autre à faire des résultats prometteurs là on croit à une possible performance que l’on attend pas et c’est ce qui est arrivé. Robert Kubica qui est un pilote de grande expérience montre que malgré une voiture peut performante on peut faire un résultat correct.

    En 2014 à Monaco ce scénario c’est produit avec Jules Bianchi qui avec une Marussia Ferrari limité en performance à montrer de quoi était capable de faire et ça c’est un exemple à suivre pour beaucoup.
    Alors même si la pluie n’était pas de la partie et que les meilleurs ce sont mieux tirés que ça, Jules à réussit à décrocher une belle 9ème place ce qui permis de sauver l’équipe.

    Je pense que Williams est encore capable de remonter dans la hiérarchie et que j’espère les revoirs en milieu de peloton voir en début de peloton.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :