Dans les allées du Paddock

McLaren bientôt en faillite ?

Après les difficultés financières annoncées par Williams, c’est au tour du groupe McLaren de se déclarer à la limite de la faillite. D’ici trois semaines, le groupe implanté à Woking pourrait se trouver à court de liquidités.

Le coronavirus continue de faire des dégâts dans le monde de la Formule 1. Alors qu’aucun Grand Prix n’a encore été disputé cette saison, le Groupe McLaren, propriétaire de l’écurie F1, est menacé de faillite s’il ne trouve pas rapidement des liquidités. Après une première annonce choc officialisant le licenciement de quelques 1.200 emplois le mois dernier (dont 70 en lien direct avec l’écurie F1), les dirigeants ont désormais une épée de Damoclès sur la tête : plusieurs millions d’euros sont nécessaires à la survie du groupe. Sans cela, McLaren pourrait littéralement mettre la clé sous la porte d’ici trois semaines.

Cette situation est d’autant plus difficile puisque ce n’est pas la première fois que les britanniques doivent réinjecter des liquidités. Pas moins de 320 millions d’euros ont été mis sur la table au mois de mars par les actionnaires. 230 millions d’euros supplémentaires ont été avancés quelques mois auparavant. Un demi-milliard a donc été déjà injecté en un an et demi. McLaren peut-il compter indéfiniment sur ses actionnaires ? Il semblerait que la National Bank of Bahrain serait prête à intervenir afin d’apporter son aide pendant que le gouvernement britannique refusait au groupe de lui accorder un prêt de 150 millions d’euros.

Vous aimerez aussi :

Calendrier F1 : confirmé en Europe !

Le sort du groupe basé à Woking pourrait être scellé dans les tribunaux. En effet, un désaccord entre la Justice et le groupe britannique attend encore d’être réglé. Lors d’une précédente levée de fonds, McLaren a réalisé des prêts sécurisés sur son usine à Woking ainsi que sur sa collection de monoplaces de légende. Cependant, les créanciers ont refuser de valider ces prêts. La raison ? Ces actifs auraient déjà été hypothéqués en 2017. De son côté, McLaren conteste cette décision et accuse les créanciers de bloquer volontairement la situation afin de forcer à accepter les contraintes proposées. Les parties se donnent rendez-vous la semaine prochaine dans le cadre d’une audience à la Haute Cour de Londres. Si le groupe est blanchit, il pourrait donc ajouter une corde à son arc pour sortir la tête hors de l’eau et sauver une partie de sa trésorerie.

En plus de ces deux éléments, peut-on espérer que la relance de la saison 2020 prévue dans deux semaines pourrait sauver le groupe sur le fil ? Si c’est le cas, le plafond budgétaire prévu pour 2021 dans le cadre du nouveau règlement sera certainement plus que le bienvenu dans les rangs de McLaren.

Une solution : vendre ses parts en Formule 1 ?

C’est une solution que le groupe envisagerait sérieusement pour essayer de renflouer les caisses. En effet, le groupe McLaren se compose de trois entités : McLaren Automotive, McLaren Applied Technology et McLaren Racing impliqué en IndyCar et Formule 1. Cette dernière dégage 20% de revenus annuels. Lorsqu’on sait que les pertes du groupe chiffrent à plus de 166 millions de dollars avant impôt lors du premier trimestre 2020 (contre 18 millions auparavant !), on comprend l’urgence. Ainsi, la chaîne Sky rapporte que McLaren envisage de mettre en vente jusqu’à 30% des parts de son écurie F1 afin de trouver des fonds pour survivre à cette crise.

Avatar

Fondatrice et rédactrice en chef. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. F1nal Lap a pour but de rapprocher les amoureux de la F1 au plus près du Paddock au travers d'un contenu original et recherché. F1nal Lap, la F1 comme vous ne l'avez jamais vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :