Albon-Verstappen-Bull-Grand-Prix-Toscane-2020
Dans les allées du Paddock

GP de Toscane : Fortunes diverses chez Red Bull

On peut le dire sans problème, ce Grand Prix de Toscane aura été riche en rebondissements et en drapeaux rouges. Entre accidents spectaculaires et parade Mercedes, le scénario a varié entre le classique et l’inattendu. Ainsi, on retrouve les deux Flèches noires sur le podium devant une Red Bull… mais pas celle que l’on attendait.

Inutile de faire un résumé des essais et des qualifications, tant tout s’est déroulé de manière classique ou presque. Comme à leur habitude, les Mercedes ont monopolisé la première ligne devant les Red Bull, Albon se hissant à une belle quatrième place. Derrière, on retrouve le surprenant Leclerc, capable d’aller chercher une cinquième place totalement inespérée. Il profite aussi de la sortie de piste d’Ocon dans son unique tour lancé, qui empêche notamment Bottas d’aller chercher la pole dans son dernier tour.

Sur la grille, un détail retient l’attention des caméras, d’autant plus qu’il n’est pas négligeable. Les mécaniciens de Red Bull s’affairent sur le V6 Honda de la RB16 de Verstappen alors que le départ se rapproche. Problème technique majeur pour le pilote batave ? Il va falloir attendre le départ pour en avoir une confirmation.

À l’extinction des feux, Bottas prend un superbe départ et devance Hamilton et Leclerc, dont le talent ne finit plus de transcender cette SF-1000 ratée. Mais derrière, c’est le chaos. Verstappen avait pourtant pris un excellent départ, mais son moteur rencontre rapidement un problème et tout le monde le laisse sur place. Il s’en plaint immédiatement à sa radio, conscient que sa course est déjà finie. Dans le troisième virage, il est percuté par Räikkönen, lui-même impliqué dans un autre accrochage avec Gasly et Grosjean. Le Néerlandais termine sa course tanké dans les graviers, tout comme Gasly qui vit un week-end à l’opposé de son rêve de Monza…

Départ-Grand-Prix-Toscane-2020
Départ du Grand Prix de Toscane 2020 ©LAT Images

Räikkönen et Grosjean repartent, ainsi que Sainz parti en tête-à-queue et Vettel qui a percuté l’Espagnol. Albon lui s’en est plutôt bien sorti et conserve sa quatrième position derrière Leclerc, alors que la Safety Car est de sortie pour la première fois de l’après-midi. Une fois les voitures de Gasly et Verstappen évacuées, la course reprend ses droits dans le sixième tour… pour quelques centaines de mètres.

Bottas a en effet retardé son restart au maximum, et plusieurs pilotes en fond de grille ont voulu anticiper la relance du Finlandais. Le résultat en est un accident effrayant, qui voit notamment Giovinazzi décoller et atterrir sur la McLaren de Sainz avant de finir dans les barrières. Ces deux pilotes abandonnent ainsi que Magnussen et Latifi, également impliqués dans le crash. Derrière, Vettel, Grosjean et Räikkönen parviennent à suffisamment freiner pour éviter la catastrophe et poursuivre leur course. Le Franco-Suisse ne se cache pas pour exprimer le fond de sa pensée à la radio.

C’était totalement stupide de la part de qui que ce soit devant. Ils veulent nous tuer ou quoi ? C’est la pire chose que j’ai jamais vue.

Romain Grosjean

Après le contexte était différent (départ arrêté et non lancé), mais il a dû oublier le Grand Prix de Belgique 2012. Fernando Alonso pourra dans le pire des cas lui remontrer les images… Quoi qu’il en soit, entre les épaves et les débris sur la piste, le Grand Prix est arrêté une première fois. Il faut remonter à 2011 (Grands Prix de Monaco et du Canada) pour avoir deux courses consécutives interrompues par un drapeau rouge. De 14, on passe à 13 pilotes pour le second départ, car Esteban Ocon est victime d’une surchauffe de ses freins arrière. Et dire que seuls neuf tours ont été parcourus !

Une fois la piste nettoyée, la course est relancée par un nouveau départ arrêté, et Bottas ne réédite pas son exploit du premier départ. Hamilton reprend la tête de la course et la balade dominicale des Mercedes commence. Derrière, c’est Red Bull qui grimace : Albon a complètement loupé son restart et a plongé en septième position, derrière Ricciardo et les Racing Point.

Leclerc a un temps conservé sa troisième place, mais son tracteur se fait déposer par toute monoplace n’ayant pas un moteur anémique sous le capot. Il dégringole tour après tour au classement, et Albon en profite pour remonter sixième, puis cinquième en s’offrant le scalp de Pérez. Le Mexicain est en retrait par rapport à Stroll, qui bénéficie des dernières améliorations aérodynamiques sur sa voiture.

Giovinazzi provoque un crash au Grand Prix de Toscane 2020

Albon profite ensuite des arrêts de Ricciardo et de Stroll pour passer troisième, mais lorsqu’il rentre à son tour ces deux-là repassent devant lui. Ricciardo est le grand gagnant de la manœuvre : son undercut sur Stroll a fonctionné et il est donc troisième de la course. C’est ainsi que derrière les deux Mercedes se forme un groupe Ricciardo/Stroll/Albon prêt à en découdre pour aller chercher le podium.

Mais tout prend fin dans le 44ème tour. Alors quatrième, Stroll est victime d’une crevaison dans Arrabiata et fracasse sa Racing Point dans les pneus à plus de 270 km/h. Indemne mais sonné par le choc, le Canadien parvient à sortir seul de sa monoplace avant de rentrer aux stands. Cependant, alors que la Safety Car est de nouveau en piste, cette dernière prend feu alors que les commissaires essaient de l’évacuer de la piste. Bilan : nouveau drapeau rouge qui redistribue encore les cartes dans cette course tandis que la voiture de Stroll est presque désossée pour éteindre l’incendie qui la ronge.

Troisième départ donné donc, et la surprise vient de Ricciardo, bien décidé à glaner son premier podium avec Renault. Il n’est en effet plus monté sur la boîte depuis sa victoire à Monaco il y a deux ans, acquise avec un moteur malade qui plus est ! Sa détermination lui fait prendre un excellent envol, au point de doubler Bottas ! Il ne reste second qu’un tour, avant que le Finlandais reprenne son bien.

Stroll sort violemment de la piste lors du Grand Prix de Toscane 2020

Mais la Renault voit se profiler une autre menace derrière elle : la Red Bull survivante d’Alexander Albon. Le Thaïlandais se sent pousser des ailes et sait qu’il a une nouvelle chance de décrocher son premier podium dans la discipline. Il reste sur deux accrochages avec Lewis Hamilton, au Brésil l’an dernier et en Autriche en début de saison lorsqu’il était en bataille pour monter sur la boîte, mais cette fois les Mercedes sont loin devant et il ne laisse pas passer sa chance.

Dans le 50ème tour, il profite du DRS pour déposer Ricciardo et prendre la troisième place. Sur sa lancée, il se rapproche de Bottas au point de passer sous la seconde, mais le Finlandais préparait juste une tentative de meilleur tour en course. Il repousse donc le Thaïlandais à trois secondes, qui se contente ensuite de gérer Ricciardo en fin de course.Pour son 30ème Grand Prix de Formule 1, Alexander Albon signe son premier podium dans la discipline, le premier d’un pilote thaïlandais. Seul le Prince Bira avait réussi à marquer des points avant lui dans les années 50 pour son pays. Il lui aura fallu 18 Grands Prix avec Red Bull pour obtenir ce résultat, s’évitant de se rapprocher du record de l’Autrichien Christian Klien. Ce dernier a en effet disputé 29 courses pour Red Bull sans jamais signer le moindre podium ni même top 4…

Albon termine troisième au Grand Prix de Toscane 2020

Ce résultat est également ce dont avait besoin Albon pour garder les faveurs de messieurs Horner et Marko. Sérieusement malmené par Verstappen depuis le début de saison, il a enfin mis tout bout à bout aujourd’hui pour aller chercher ce podium. La victoire de Ricciardo en 2018 à Monaco était également le dernier podium d’un pilote Red Bull en dehors de Max Verstappen… Il faut désormais espérer pour lui qu’il continue sur cette lancée et prenne en confiance pour signer d’autres performances dans ce style. Cinquième du championnat derrière Norris, il a tout pour reprendre cette quatrième place, du talent à la voiture.

Avatar

Né avec le rêve de rejoindre Schumacher, Senna ou encore Prost au firmament de la Formule 1, aujourd'hui j'essaie de raconter leur histoire, ainsi que celle de tous les pilotes et de toutes les écuries qui ont fait, font et feront la légende d'un des plus beaux sports du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :