Séries

Les succès de Verstappen: Malaisie 2017, la lumière au bout du tunnel

À la suite de l’incroyable victoire de Max Verstappen lors du Grand Prix d’Autriche, revenons sur ses cinq premiers succès dans la discipline qui l’ont amené à cette sixième victoire au Red Bull Ring le week-end dernier. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que malgré son jeune âge et une voiture un peu tendre pour jouer le titre, il a largement eu de quoi éblouir le public tant il est bourré de talent.

Avant ce Grand Prix de Malaisie 2017, autant dire que Max connaît une saison pour le moins compliquée. Après 14 Grands Prix, il ne compte que 68 points et seulement un podium obtenu en Chine. Il ne compte pas moins de sept abandons et se retrouve à égalité de points avec Sergio Pérez, qui pilote la Force India, pourtant hors du top 6 ! Autant dire que son moral est loin d’être à son plus fort au vu de ce bilan catastrophique…

Cette course voit l’arrivée d’Aston Martin comme partenaire et sponsor-titre de Red Bull, un statut similaire à celui d’Infiniti quelques années auparavant. Cependant, l’équipe cherche toujours un nouveau motoriste pour 2019, et Christian Horner redoute le manque de performance du moteur Honda. De plus, Pierre Gasly accède à la F1, en remplacement de Daniil Kyvat mis à pied pour deux courses. Déjà dégradé l’an dernier, il se retrouve purement et simplement mis à la porte.

Les qualifications tournent au désastre pour Vettel car son moteur flambant neuf tombe en panne et ne lui permet pas de se battre pour la pole. Il se retrouve donc à partir dernier, une véritable catastrophe après le cauchemar de Singapour, d’autant plus qu’Hamilton signe la pole devant Räikkonën. Les Red Bull monopolisent la seconde ligne, Verstappen devant Ricciardo, tandis qu’un Bottas en retrait ne signe que le cinquième temps.

Le calme plat de Verstappen face à la tempête de la course

Coup de théâtre au départ ! Räikkonën décèle un problème sur son moteur en rejoignant la grille. Le verdict est sans appel : la batterie est vide et l’abandon est inévitable. C’est une nouvelle désillusion pour les Rouges qui n’en ont vraiment pas besoin. Hamilton se retrouve donc seul sur sa ligne, devant les Red Bull.

Les Mercedes prennent un excellent envol, Hamilton gardant la tête devant Verstappen, Bottas et Ricciardo. Mais il s’avère rapidement que les Flèches d’Argent sont en délicatesse avec leurs pneus, tant et si bien que Max dépasse Lewis dans le quatrième tour. C’est la seconde fois de la saison qu’il prend les commandes d’une course, après la Hongrie où il a mené quelques tours à la faveur des arrêts aux stands.

La situation va rapidement s’éclaircir en tête, car Hamilton, en délicatesse avec sa voiture, se contente d’assurer la seconde place, car il sait que Vettel n’est pas en mesure de le menacer ce dimanche. L’Allemand remonte à la 6ème place en seulement 13 tours, avant de rester de longs tours derrière Pérez et de finalement le dépasser dans le 21ème tour.

Max Verstappen va connaître l’une des victoires les plus tranquilles de sa carrière. Avec une Red Bull bien meilleure que les Mercedes, en témoigne la facilité avec laquelle il distance Hamilton, et bien aidé par la fiabilité désastreuse des Ferrari, il survole cette course sans jamais être menacé. Il laisse juste le commandement à Ricciardo pendant deux tours au gré des arrêts aux stands, avant de finalement s’imposer devant Hamilton et Ricciardo.

Cette victoire est ô combien importante pour le pilote néerlandais, lui qui ne terminait qu’une course sur deux entre accidents et problèmes mécaniques. Son moral s’embellit et lui redonne espoir pour la fin de saison, avec encore cinq courses à disputer et autant de possibilités de s’imposer.

Au championnat, il décroche Pérez et sécurise sa 6ème place. Mais le plus important reste qu’Hamilton prend encore six points d’avance sur Vettel et consolide sa place de leader. De plus, ce dernier connaît une bien étrange mésaventure dans le tour de décélération, puisqu’il s’accroche avec Stroll et plie sa suspension arrière. Ramené par Wehrlein aux stands, il accuse Stroll, qui lui renvoie bien évidemment la balle sur la responsabilité de l’incident. Mais Vettel craint surtout que la boîte de vitesses ait été endommagée, ce qui lui vaudrait une pénalité au Japon…

Avatar

Né avec le rêve de rejoindre Schumacher, Senna ou encore Prost au firmament de la Formule 1, aujourd'hui j'essaie de raconter leur histoire, ainsi que celle de tous les pilotes et de toutes les écuries qui ont fait, font et feront la légende d'un des plus beaux sports du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :