Séries

Les cigarettiers en F1 : Imperial Tobacco, les pionniers


À la fin des années 60, sous la pression des teams qui ont de plus en plus de mal à boucler leur budget, la CSI décide d’autoriser le sponsoring extra-sportif en 1968. C’est ainsi que pétroliers, marques d’alcool et surtout cigarettiers vont investir en masse dans le sport, voyant une opportunité en or de se faire de la publicité tout en assurant la pérennité de la discipline. Bien que tout le monde ait abandonné la publicité pour le tabac en 2006 à la suite d’interdictions en masse, Philip Morris et British American Tobacco tentent de revenir par la petite porte cette année au travers de publicités pour des produits moins controversés.

Imperial Tobacco fut fondée en 1901 par l’union de différentes marques de tabac menacées par la concurrence américaine. Un an plus tard, Imperial Tobacco et American Tobacco fondent ensemble une coentreprise baptisée British American Tobacco, et ne commercialisent pas leurs produits dans l’autre pays. Aujourd’hui renommée Imperial Brands, il s’agit d’une des plus grosses compagnies de tabac dans le monde, ayant racheté Altadis (ex-Seita, sponsor de Ligier en F1) et Reemtsma Cigarettenfabriken entre autres.

En 1968, le monde de la F1 est bien différent d’aujourd’hui. Bien que les coûts montent d’année en année, les équipes ne sont pas aussi grosses que maintenant au niveau du staff et personne ne sait réellement comment prospecter pour trouver des commanditaires. Lotus fait ainsi jouer ses relations. Grâce à un mécanicien qui entretenait une relation avec une femme travaillant dans une agence de communication, qui avait pour client Imperial Tobacco, les deux parties se rencontrent et signent un contrat de sponsoring.

C’est ainsi que Graham Hill remporte le Grand Prix d’Espagne 1968 au volant d’une Lotus 49 non plus verte à bande jaune, mais aux couleurs rouge et or des cigarettes Gold Leaf. L’écurie de Colin Chapman va ainsi rester de longues années fidèle à Imperial Tobacco, changeant juste de marque de cigarettes en 1972 lorsque les Lotus 72 arborent les couleurs noir et or des John’s Player Special. Ce partenariat va ainsi perdurer jusqu’à la fin de 1986 (à l’exception de 1979 et 1980), Lotus signant avec Camel pour la saison 1987.

Au-delà de son partenariat avec Lotus, Imperial Tobacco va s’impliquer de manière encore plus évidente avec Embassy-Hill. Embassy est en effet une autre marque de cigarettes détenue par Imperial Tobacco, et elle apporte l’argent nécessaire à Graham Hill pour créer sa propre structure, suivant les traces de Jack Brabham et autres John Surtees. En trois ans, les performances ne commenceront vraiment à progresser qu’en 1975, avec la fin tragique que l’on connait. Fin novembre 1975, l’avion de Hill s’écrase, le tuant, ainsi que l’espoir Tony Brise et une partie du staff. Suite à ce tragique événement, l’écurie disparaît.

La firme reviendra en F1 en 2002, à la suite du rachat de Reemtsma Cigarettenfabriken, une entreprise allemande notamment détentrice des cigarettes West, alors sponsor de McLaren depuis 1998. Imperial Brands disparaîtra donc en même temps que West de la F1, soit en 2005 après plus de vingt ans de présence dans la discipline.

Avatar

Né avec le rêve de rejoindre Schumacher, Senna ou encore Prost au firmament de la Formule 1, aujourd'hui j'essaie de raconter leur histoire, ainsi que celle de tous les pilotes et de toutes les écuries qui ont fait, font et feront la légende d'un des plus beaux sports du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :