DébrieF1,  Formule 1

DébrieF1 : Bahrein, du talent et de la (mal)chance


Le DébrieF1 revient sur le week-end des courses F1 de manière piquante et avec humour : analyses, focus, stats… Revivez les temps forts de chaque Grand Prix. C’est à Sakhir que la F1 prenait place, et il y avait de la surprise au menu.

QUALIFICATIONS

Les champions à la traîne

Le deuxième rendez-vous de la saison devait confirmer que les deux champions que tous les supporters attendent au tournant sont bien présents. Il n’en n’est rien ! Les qualifications délaissent un Hamilton et un Vettel à la traine en bord de piste, ce qui était plutôt inattendu. Les supporters des Rouges peuvent se rassurer. Il semble que depuis la désillusion australienne, Ferrari s’est réveillée et a décidé de proposer des voitures prêtes à se battre pour la tête. Il faut le dire : le résultat est là ! Les deux Italiennes feront face à l’extinction des feux en première ligne.

La pénalité de Grosjean qui fait débat

Les plus cyniques diront que Grosjean fait encore des émules. Non, cette fois pas d’Ericsson dans le viseur. En Q1, Norris est surpris par un Grosjean étonnamment lent lors d’un tour rapide où le jeune rookie réalisait une belle prestation. Trois places sur la grille de départ et un point de moins sur la licence, voilà la sanction sur le bulletin de Grosjean. Mais pourquoi le Français était-il 136km/h plus lent que le Britannique ? La faute à Sebastian Vettel dirait Norris. L’Allemand s’apprêtait à commencer un tour rapide, a doublé le pilote Haas et aurait levé le pied afin de laisser de l’espace devant lui.  « Il a été un peu piégé par Sebastian, qui l’a doublé au dernier virage. Pour être juste, Grosjean n’a eu qu’environ trois secondes pour que l’équipe lui dise que j’étais derrière lui, et cela aurait été dur pour lui de changer d’approche soudainement, d’abandonner son tour en fait », explique Norris. « Pas très sympa » ce Vettel. Autre son de cloche du côté de chez Haas. Gunther Steiner, le directeur de l’écurie, n’est pas content, alors là, pas content du tout. « Enlever un point à Romain… il n’a rien fait de mal, il n’y a pas eu d’indication par radio, » a -t-il expliqué à ESPN. « Pourquoi lui enlever un point ? C’est complètement inapproprié. La pénalité sur la grille, on peut en discuter, mais lui enlever un point. Les mecs ? Dans quel monde vivons-nous ? » Le pilote français chute depuis la 8e place à la 11e. Grosjean, la suite au prochain épisode.

Leclerc : l’étoile filante

Impossible de louper l’information : Charles Leclerc, le premier Monégasque à signer une pole en F1. Ceux qui voulaient voir un Leclerc dompter le Cheval Cabré n’ont pas eu à attendre longtemps. Le jeune pilote donne le rythme dès le début des qualifications et ne cesse d’améliorer ses temps. Il égale au millième près le record de piste détenu par son coéquipier mais il lui suffit d’un tour supplémentaire pour faire encore mieux. Malgré les tentatives de ses adversaires, aucun n’arrivera à sa hauteur. En F1, plusieurs centièmes semblent être une éternité. « Chapeau ! commente de manière fair-play Sebastian Vettel. « Je pense qu’il a battu tout le monde, y compris moi-même. » Pourtant, le premier poleman monégasque ne compte pas s’arrêter à ce stade. « Une pole c’est bien, mais j’ai surtout envie de gagner. »

COURSE

Gagner, Leclerc l’aura presque fait

Charles Leclerc avait toutes les conditions réunies pour remporter cette course haut la main. Et on y a cru ! Malgré un départ raté et un Sebastian Vettel qui ne s’est pas fait prier pour le passer, le Monégasque ne perd pas son sang froid. Il reprend son dû et se place rapidement en tête. Il creuse l’écart, son arrêt aux stands ne change rien à sa situation et il reprend la vitesse de plus belle. Ses adversaires ne le voient même plus devant, il est à plus de quinze secondes et on peut jurer qu’il n’a plus qu’à terminer la course le coude sur la portière. C’était sans compter sur la fiabilité Ferrari. Le monde du sport automobile peut être cruel. Une dizaine de tours avant le drapeau à damier, les poignées de secondes que Charles perd à chaque passage sont comme un coup de couteau dans le dos. Passé par Hamilton et Bottas, Verstappen ne perd pas une miette du spectacle. Pied sur l’accélérateur, il se réjouit déjà d’une troisième place. C’était sans compter sur les deux Renault. Le duo décide de rendre l’âme en chœur. Un mal pour un bien ! La Safety Car n’aura jamais aussi bien porté son nom. Elle sera celle qui sauvera la troisième et miraculeuse place de Leclerc.

Tops

Derrière, ça se bagarre comme des chiffonniers. Albon, Kvyat, Magnussen, Raikkonen… On ne compte plus les dépassements. Norris n’a pas froid aux yeux, s’en prend à Raikkonen pour amener sa McLaren en sixième position finale, une magnifique prestation ! Sainz aurait pu confirmer que la McLaren en avait dans le ventre. L’Espagnol prend un envol impressionnant lors de l’extinction des feux mais c’était sans compter sur Max Verstappen. Hors de question de céder la cinquième place, les deux se touchent et Sainz paie les pots cassés. Un passage par les stands et un abandon au compteur, fin du game à Bahrein. La sportivité occupe la première place dans ce top. L’attitude des rivaux de Charles face à sa situation a été simplement admirable.

Flops

Le week-end n’était définitivement pas fait pour les Français. Premier abandon, ah tiens ! On attendait le prochain épisode, le voilà : Romain Grosjean. Touché par Stroll, le Français doit définitivement faire une croix sur Sakhir. Sans parler de la double débâcle des Jaunes. De son côté, Gasly, lutte et lutte encore mais rien n’y fait. Que ce soit en qualifications ou en course, il manque de performances et la voiture traîne la malchance comme un boulet. Il sauve les meubles à une huitième place. En parlant de boulet, les Williams sont tellement inexistantes que ça fait mal au cœur. L’aventure humaine Kubica et l’aventure financière Stroll ne suffisent pas à faire avancer les voitures. Bonnes dernières, les voitures creusent l’écart depuis l’arrière.

Avis de recherche : avez-vous vu Sebastian Vettel ?

Une disparition inquiétante à signaler ! On se demande quel imposteur se cache derrière cette moustache postiche. Départ réussi, certes. Mais Leclerc a vite calmé l’Allemand. Peu combatif, son seul succès se produit lorsqu’il dépasse son plus grand rival. Il suffit à Hamilton de revenir pour déstabiliser Vettel. Un tête-à-queue et un museau en moins plus tard, l’Allemand peut dire adieu au podium qui lui tendait les bras. Sebastian, où es-tu ? En espérant que le diesel Vettel va rapidement se mettre en marche. Cinquième au classement général, s’il ne se reprend pas, il risque de non seulement laisser filer la bataille pour le championnat mais en plus, de se faire doubler par son jeune coéquipier.


Crédits: BeIN, NewsSport

Avatar

Fondatrice et rédactrice en chef. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. F1nal Lap a pour but de rapprocher les amoureux de la F1 au plus près du Paddock au travers d'un contenu original et recherché. F1nal Lap, la F1 comme vous ne l'avez jamais vue !

2 commentaires

  • Avatar

    Yann Le Clère

    C’ était un grand prix qui n’a pas été ennuyeux, cela m’a permis de voir ce que Valait les équipes sur une piste à forte chaleur et les résultats sont flagrants 1secondes 3 entre Leclerc et Hamilton donc ça prouve que Ferrari avait tout pour gagner avec Charles sans ce souci de fiabilité du moteur. Les rookies ont été impressionnant ce week-end Albon devant Kvyat, Leclerc devant Vettel, Russell devant Kubica et Norris devant Sainz cela montre le niveau aujourd’hui de ses pilotes nouvelle génération. Pour conclure : les rookies ont créé la surprise et la différence d’écart entre chaque écurie est énormes.

    • Avatar

      Angélique Belokopytov

      Merci pour votre commentaire! Vous avez tout à fait raison, ce type de piste révèle toujours les talents (au-delà des soucis techniques ou stratégiques) et en effet, les rookies ont démontré aux plus sceptiques qu’ils méritent leur place en 1, ils n’ont pas eu peur de se frotter aux “grands” du milieu et ce, dans le respect. Ce genre de GP font plaisir à voir, que ce soit au niveau du pilotage que des rebondissements durant la course 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :