Dans les allées du Paddock

Rookies : où en sont-ils après huit courses ?

Dans une saison 2019 marquée par de nombreux changements de line-ups, trois nouveaux pilotes font leur apparition, en la présence de Lando Norris, Alexander Albon et George Russell. Après huit Grands Prix, ont-ils démontré leurs capacités à piloter de telles monoplaces ?

Norris : pari réussi chez McLaren

Vice-champion de F2 en titre malgré une seule victoire, le choix de McLaren de titulariser Norris est assez logique. Pilote essayeur depuis 2017, le départ d’Alonso lui a laissé un baquet libre, et force est de dire que l’Anglais se met en valeur de façon positive depuis Melbourne. Au volant d’une McLaren qui semble retrouver des couleurs cette saison, il n’a loupé que deux fois la Q2 cette saison, et compte déjà 14 points avec notamment une 6ème place à Bahreïn, tout en faisant régulièrement jeu égal avec son expérimenté coéquipier Carlos Sainz Jr. Il faut aussi prendre en compte trois abandons sur casse mécanique alors qu’il pouvait jouer les points, ou encore son problème mécanique en France qui lui a fait perdre deux places et quatre points, ce qui ne l’a pas empêché d’être élu « Driver of the Day ».

En bref : un très bon début de saison, qu’il ne devrait pas manquer de confirmer. De plus, il est adepte des memes ainsi que de l’autodérision, et ne manque jamais une occasion de faire rire tout le monde. Un pilote dont on n’a pas fini de parler.

Albon : une belle surprise chez Toro Rosso

C’est le recrutement surprise de cette année 2019. Anciennement parrainé par Red Bull avant de faire sa route sans eux, le pilote thaïlandais a finalement réussi à tracer son chemin jusqu’à la F1. Troisième du dernier championnat F2 juste derrière Norris, il a été titularisé chez Toro Rosso à côté du revenant Daniil Kvyat. Il découvre alors la F1 lors des essais de présaison à Barcelone. Il n’avait en effet jamais pris le volant d’une telle monoplace, même en essais privés. Premier pilote thaïlandais en F1 depuis le Prince Bira en 1954, il réussit comme Norris, à marquer ses premiers points à Bahreïn, terminant lui 9ème. En Chine, il sauve le point de la 10ème place après être parti des stands et gagne le titre honorifique de « Driver of the Day ». Son meilleur résultat est une huitième place à Monaco derrière Kvyat. Régulièrement aux portes de la Q3, discret mais performant, il tient la comparaison avec son expérimenté coéquipier russe.

En bref :  peut-être pas aussi performant que Norris, mais clairement un bel espoir ! Peut-être des podiums à venir s’il dispose de la bonne voiture. A suivre de près également.

Russell : difficile de se faire un avis

Le champion en titre de F2 s’est retrouvé chez Williams chez 2019, en compagnie d’un autre revenant en la personne de Robert Kubica. Et comment dire ? Il est assez difficile de juger son réel talent. En 1986, la presse F1 écrit alors à propos des pilotes Osella (alors une des pires écuries du plateau) que de les juger revient à « examiner les œuvres de peintres munis de pinceaux sans poils ». Cette phrase résume assez bien le calvaire Williams qui monopolise la dernière ligne à chaque Grand Prix à plus d’une seconde minimum du 18ème. On se croirait revenus au temps des Catheram, Marussia et autres HRT… La seule comparaison valable est donc celle avec Kubica, et force est de constater que l’Anglais a pris le dessus sur le Polonais. Régulièrement devant en qualifs comme en course, il réalise la plus belle course de sa saison à Monaco en terminant 15ème, devant Stroll, Kubica et les Sauber. C’est dire si sa Williams FW42 est une calamité…

En bref : impossible de réellement juger au vu de la performance de sa monoplace. Il faudra attendre de le voir dans une autre écurie pour avoir une réelle idée de son niveau de performances.

Avatar

Né avec le rêve de rejoindre Schumacher, Senna ou encore Prost au firmament de la Formule 1, aujourd'hui j'essaie de raconter leur histoire, ainsi que celle de tous les pilotes et de toutes les écuries qui ont fait, font et feront la légende d'un des plus beaux sports du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :