Dans les allées du Paddock

Romain Grosjean : un avenir en danger

Bien qu’il soit présent dans le paddock de façon continue depuis 2012, le Genevois n’a jamais été aussi menacé. Contre-performances, rumeurs en tout genre, on se demande même s’il va terminer la saison avec Haas.

Les débuts de Romain Grosjean en F1 coïncident avec la fin de carrière de Nelson Piquet Jr, renvoyé de chez Renault après de nombreuses contre-performances. Cependant, dans une écurie Renault en plein Singapourgate et avec une R29 horrible, il ne peut marquer de points et ne trouve pas de volant pour les deux saisons suivantes.

2012 le voit signer chez Lotus avec Kimi Räikkonën comme coéquipier. Bien que dominé par le Finlandais, il parvient à signer 9 podiums en deux ans. C’est le premier Français à signer une telle performance depuis Alesi au Grand Prix de Belgique 1998. Flanqué de Pastor Maldonado pour les deux années suivantes, il signe son 10ème et dernier podium en Belgique en 2015, après l’éclatement d’un pneu pour Vettel.

Il part pour Haas en 2016, séduit par le projet de l’écurie américaine, et réalise des débuts en fanfare, avec une 6ème place en Australie et une 5ème place à Bahreïn ! Bien qu’il domine son coéquipier Esteban Gutierrez, il ne marque plus que trois fois dans la saison mais l’avenir se montre prometteur pour l’écurie qui embauche Kevin Magnussen pour 2017.

Le vent commence cependant à tourner en 2018. Romain réalise un début de saison absolument catastrophique, avec en point d’orgue son accident derrière la Safety Car à Bakou. Il devient la risée des réseaux sociaux avec le fameux « I think Ericsson hit us », alors que le Suédois ne l’avait même pas effleuré. Il doit attendre l’Autriche pour enfin marquer ses premiers points. Il réalise l’exploit de fort belle manière puisqu’il termine 4ème devant son coéquipier, le meilleur résultat de Haas dans la discipline. Il se rattrape ainsi en fin de saison et parvient à marquer 37 points, soit 19 de moins que Magnussen. Il est donc conservé pour 2019, mais doit impérativement faire oublier ses bourdes passées.

Et pourtant, ce début de saison est à peine mieux réussi que le précédent, voire bien pire. Alors que la F1 arrive ce week-end en Allemagne, le pilote français n’a marqué que deux points contre 14 pour son coéquipier, et ne remonte clairement pas dans l’estime de Günther Steiner, team principal de l’écurie américaine. Au volant d’une voiture qui n’avance plus (il s’est qualifié à Silverstone avec un packs aéro datant de Melbourne), il ne signe aucun bon résultat et accumule les contre-performances.

Silverstone restera témoin d’un énorme coup de gueule de Steiner. Romain démarre son week-end de la pire des façons en tapant le rail… en sortant des stands ! Une erreur digne d’un débutant, dont tout le monde se moque (encore) sur les réseaux. La course est bien pire, puisque les deux pilotes Haas ne trouvent rien de mieux à faire que de s’accrocher en début de course avant d’abandonner tous les deux.

Lire la vidéo

Si le Iine-up actuel est maintenu pour Hockenheim, rien ne dit qu’il sera le même jusqu’à la fin de la saison si les performances du Français ne s’améliorent pas. Des rumeurs voyaient ainsi Esteban Ocon remplacer Grosjean dès ce Grand Prix d’Allemagne, ce qui a été démenti par toutes les parties mais cela témoigne du danger que court le pilote français. Plus sérieusement, Haas lorgne du côté de Sergio Pérez, qui en plus d’être expérimenté comme Romain et capable de belles performances, il apporte de l’argent venant de différents sponsors dont l’écurie américaine aurait bien besoin. Nico Hülkenberg est envisagé aussi, mais son salaire élevé freinerait toute possible négociation.

Certains fans réclament le départ du Genevois depuis déjà un petit moment, jugeant qu’il n’a pas sa place dans la discipline. Ils critiquent entre autres le fait qu’il se plaigne en permanence à la radio sur la moindre manœuvre tentée sur lui, ou ses erreurs indignes d’un pilote de ce niveau. Avec le retour probable d’Esteban Ocon la saison prochaine et son âge (il a eu 33 ans en avril), quitter la F1 en fin de saison sonnerait comme une retraite forcée. Il n’a pas le palmarès de Prost ou Räikkonën pour pouvoir prendre une année sabbatique et être assuré de trouver une équipe dans deux ans.

Un départ du Français semble donc inéluctable, sauf brusque amélioration de ses performances d’ici la fin de saison. Mais au vu des performances de la monoplace américaine, cela semble compliqué d’autant plus que Magnussen est parfois relégué derrière les Williams en course, preuve du manque de performance rencontré.

Avatar

Né avec le rêve de rejoindre Schumacher, Senna ou encore Prost au firmament de la Formule 1, aujourd'hui j'essaie de raconter leur histoire, ainsi que celle de tous les pilotes et de toutes les écuries qui ont fait, font et feront la légende d'un des plus beaux sports du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :