Dans les allées du Paddock

Pierre Gasly : trois Grands Prix pour une rédemption

Plus rien ne va pour le Français! Dans les allées du paddock, un nom est sur toutes les lèvres depuis plusieurs Grands Prix, celui de Pierre Gasly. Le Normand est en effet sur la sellette à la suite de ses performances en demi-teinte, et Helmut Marko a rendu sa décision.

Les fans de F1 français et ceux de Red Bull attendaient énormément de Pierre Gasly. Auteur d’une belle saison 2018 avec Toro Rosso, il avait enfin la possibilité de courir pour un top team en 2019, grâce au départ de Ricciardo pour Renault. Hélas, comme nous vous en avions déjà parlé ici, ses performances sont clairement en-deçà de celles de Verstappen, et de nombreuses rumeurs agitaient le peloton.

C’est ainsi qu’Helmut Marko a décidé de passer à la vitesse supérieure pour mettre la pression sur le jeune Français. Pierre n’a désormais plus que trois Grands Prix de sursis (Grande-Bretagne, Allemagne, Hongrie) pour montrer de quoi il est capable. Sinon, il y a fort à parier qu’il retournera chez Toro Rosso, à se battre dans le ventre mou du peloton.

Sa contre-performance autrichienne peut être due en partie au fait qu’il ne disposait pas du nouvel aileron avant contrairement à Max, puisque nous n’en avions qu’un. Cela ne change rien au fait que Gasly doit progresser, en particulier sur les dépassements. Cette progression doit se confirmer avant la trêve estivale, mais j’ai confiance en sa réussite.
Dr Marko
Responsable du programme Red Bull de détection de jeunes pilotes

Faut-il prendre ces paroles au sérieux pour autant ? Le cas Daniil Kyvat le démontre sans fioritures: Marko n’a jamais hésité à rétrograder voire même virer un pilote n’ayant pas les performances requises ou aucune chance de remonter la pente. Brendon Hartley en fut une autre victime l’an dernier, avec seulement 4 points marqués.

  • Pour rappel, la carrière de Kvyat fut semblable à des montagnes russes....
  • 2014 - Après avoir été champion GP3, il est propulsé chez Toro Rosso en tant que coéquipier de Jean-Eric Vergne, alors qu’il n’a pas encore 20 ans. Il termine 15ème du championnat avec 8 points.
  • 2015 - Il remplace Vettel chez Red Bull à la surprise générale, alors que Vergne se fait gentiment licencier. Il réalise cependant une saison correcte: second en Autriche, 96 points au total, 3 de plus que Ricciardo
  • 2016 - Après son podium en Chine, il accroche deux fois Sebastian Vettel dans le premier tour du Grand Prix de Russie. Helmut Marko y voit l’occasion rêvée de promouvoir Max Verstappen et Kyvat retourne chez Toro Rosso.
  • 2017 - Il ne termine même pas l’année, remplacé par Pierre Gasly. Il signe en tant que pilote d’essai Ferrari pour la saison 2018.
  • 2019 - Il fait son retour en F1 chez Toro Rosso comme coéquipier d’Alexander Albon, et entrevoit désormais une possibilité de retourner chez Red Bull.

Et si jamais Gasly échoue, qui le remplacerait ? Des rumeurs envoyaient Hülkenberg chez Red Bull, cependant démenties par tout le monde. D’autres voient un retour de Daniil Kvyat dans la maison mère, trois ans après l’avoir quittée !

Mais si jamais Gasly était viré, qui de Kyvat ou d’Hülkenberg serait le plus apte à reprendre ce volant ? L’Allemand y tiendrait la chance de sa vie, lui qui n’a jamais signé de podium en 165 courses ! Il reste cependant un pilote régulier, solide et performant, à qui il ne manque que le matériel pour aller chercher la gagne.

Le Russe peut faire valoir son statut de pilote Toro Rosso mais avec son passé, pas sûr que Red Bull accepte de le reprendre de nouveau, bien qu’il ait alors montré de belles dispositions. Il est probable qu’il continue de ronger son frein chez la petite sœur de Faenza.

Un autre nom a été évoqué, celui de Kevin Magnussen. Le Danois au style de pilotage… rugueux est cependant capable de belles performances. Il avait fini second de son premier Grand Prix en carrière (Australie 2014, son seul podium en F1). Lui qui se morfond avec une Haas calamiteuse en course (19ème derrière Russell en Autriche !), et qui signe pourtant des exploits en qualifications pourrait sauter sur l’occasion et se battre devant. Le Grand Prix du Canada l’avait vu exprimer ses états d’âme, alors qu’il naviguait en fond de classement (et Günther Steiner l’avait remis en place).

Dans tous les cas, ce siège ne devrait échoir à Alexander Albon, qui n’a disputé que neuf Grands Prix et qui est encore trop tendre pour espérer rêver du second volant Red Bull. Mais avant de prendre toutes ces spéculations au sérieux, il va falloir se concentrer sur la progression de Gasly, que Marko sait capable d’améliorer ses performances. Affaire à suivre…

Avatar

Né avec le rêve de rejoindre Schumacher, Senna ou encore Prost au firmament de la Formule 1, aujourd'hui j'essaie de raconter leur histoire, ainsi que celle de tous les pilotes et de toutes les écuries qui ont fait, font et feront la légende d'un des plus beaux sports du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :