Dans les allées du Paddock

Les virages lents, c’est le problème à résoudre chez McLaren

Cette saison, McLaren surprend par ses performances. La saison dernière, qui aurait parié que l’écurie serait la quatrième force du plateau actuellement. Mais elle a mis le doigt sur une faiblesse: les virages lents. Priorité numéro 1 : résoudre ce problème.

C’est un changement incroyable qui s’est produit chez McLaren : au lieu de se perdre entre les quarante mille priorités numéros unes à gérer, l’écurie britannique peut se satisfaire de résultats plus que probants et améliorer des faiblesses biens sélectionnées. C’est ainsi que McLaren souhaite régler son déficit dans les virages lents le plus vite possible.

À deux Grands Prix de la trêve estivale et notamment du Grand Prix de Hongrie (bien alimenté en virages lents), Woking souhaite travailler le plus possible afin de conforter la quatrième place au championnat des constructeurs et voir sa MCL34 continuer à performer.

Nous savons qu'il s'agit, disons, d'une de nos faiblesses. C'est quelque chose que nous continuons à régler avec les améliorations que nous apportons. Bien entendu, c'est la grande priorité en plus de, disons, l'augmentation globale de la performance dans tous les domaines.
Andreas Seidl
Directeur de McLaren

Même si Andreas Seidl se montre satisfait des performances réalisées par la MCL34 dans les virages moyens et rapides, il considère que la compréhension globale du comportement de la monoplace est importante pour travailler sur leur faiblesse et expérimenter différents réglages.

C'est la compréhension naturelle de la voiture avec chaque séance d'essais libres, qualifications et course que vous faites ; déterminer les points faibles et donner des idées pour le développement à l'usine afin de corriger ces faiblesses. Mais cela se fait en parallèle du travail sur la performance globale. Le fait est que l'écart est toujours immense avec les avant-postes et ce n'est pas seulement dans un domaine spécifique qu'il nous faut progresser.
Andreas Seidl
Directeur de McLaren

En effet, McLaren rêve de se rapprocher quelque peu de Red Bull mais doit surtout garder Renault derrière. Cela ne sera pas chose aisée puisqu’à l’inverse, l’écurie française a une très bonne gestion des virages à basse vitesse. Malgré les 21 points qui les séparent actuellement, McLaren reste bel et bien sous la menace de Renault.

La seule chose que nous savons, c’est que nous n’avons pas encore distancé le peloton. Beaucoup de gens veulent que nous ayons déjà quitté le peloton pour aller chasser les top teams, mais nous ne l’avons pas encore fait. Nous sommes toujours là, en bataille avec les Renault. Une course, ils seront plus rapide, une course nous le serons.Nous devons continuer à apporter des petites nouveautés à la voiture pour l’améliorer, notamment dans les virages lents. Ça va être intéressant de suivre notre progression face aux Renault qui sont très bonnes dans ce domaine. Nous aurons des réponses en Hongrie.
Carlos Sainz
Pilote McLaren
Avatar

Fondatrice et rédactrice en chef. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. F1nal Lap a pour but de rapprocher les amoureux de la F1 au plus près du Paddock au travers d'un contenu original et recherché. F1nal Lap, la F1 comme vous ne l'avez jamais vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :