sergio-pérez-grand-prix-russie-p4-2020
Au volant des courses,  Formule 1

Grand Prix de Russie : Sergio Pérez, discret mais efficace

Ce Grand Prix de Russie 2020 n’a pas dérogé à la règle depuis l’apparition du tracé de Sotchi en 2014 : une course dans l’ensemble fort ennuyeuse. Si l’on excepte du grabuge dans le premier tour, quelques batailles en piste et une énième drama sur Lewis Hamilton, cette épreuve restera comme l’une des moins passionnantes de l’année. Malgré tout, certains pilotes ont su tirer leur épingle du jeu, comme un solide Sergio Pérez.

Sergio Pérez est un peu le dindon de la farce du marché des transferts 2021. Le pilote mexicain se voit ainsi éjecté de Racing Point qui deviendra Aston Martin l’an prochain, pour faire place à Sebastian Vettel. Il se retrouve ainsi dans une situation pire que celle de Pierre Gasly à la veille du Grand Prix de Belgique 2019 : lui aussi se retrouve chassé de son écurie alors qu’il avait été confirmé quelques jours auparavant pour la saison prochaine. La différence notable est que le Mexicain n’a aucun volant pour 2021, et il ne devrait courir qu’en queue de peloton s’il en trouve un chez Haas ou Alfa Romeo…

C’est un coup dur assez terrible pour quelqu’un qui s’est investi corps et âme dans cette écurie pendant sept saisons. Arrivé en 2014 après une saison ratée dans une écurie McLaren alors sur la pente descendante, il a obtenu plusieurs podiums et grandement œuvré pour la survie de l’équipe en 2018. Mais hélas pour lui, il court avec le fils du patron, Lawrence Stroll, et son éviction ne faisait aucun doute… Moins bien placé au championnat que Stroll en raison entre autres de son absence de deux courses causées par sa contamination au coronavirus, il ne peut même pas bénéficier des dernières améliorations de la Racing Point.

Cela ne l’empêche pas d’aller chercher une belle cinquième place en Toscane alors que son coéquipier s’est fracassé dans les pneus à la suite d’une crevaison alors qu’il se battait pour le podium. Ce Grand Prix de Russie est ainsi une opportunité pour le Mexicain de montrer qu’il a toute sa place sur la grille 2021, la dixième de la saison 2020. Et les qualifications vont déjà largement jouer en sa faveur.

sergio-pérez-qualifications-sotchi-grand-prix-russie-2020-twitter-racing-point
Sergio Pérez satisfait lors des qualifications du GP de Russie 2020 ©Racing Point Twitter

La Q2 notamment va se révéler plus animée qu’à l’accoutumée. Ainsi, Lewis Hamilton manque de peu de se faire éliminer dès cette séance ! Il signe le meilleur temps provisoire de la séance, mais ce dernier est annulé après qu’il ait dépassé les limites de la piste. Dans son deuxième tour lancé, Sebastian Vettel perd le contrôle de sa Ferrari et termine sa Q2 dans les barrières, occasionnant la sortie du drapeau rouge et coupant l’effort de Hamilton. Ce dernier repart pour un dernier tour lancé et franchit la ligne de chronométrage alors qu’il reste à peine plus d’une seconde dans la séance pour arracher le quatrième temps. 

Ricciardo signe ainsi le meilleur temps de cette séance devant Bottas, alors que Pérez passe en Q3 contrairement à Stroll qui est éliminé… Hamilton remet les pendules à l’heure en Q3 et bat le record de la piste pour arracher la 96ème pole de sa carrière devant Verstappen et Bottas. Pérez est ainsi le plus rapide derrière ces trois hommes et bat notamment Ricciardo qui doit se contenter de la P5.

Après un spectaculaire accident en F2 entre Jack Aitken et Luca Ghiotto dont les deux pilotes sortent indemnes, la F1 reprend ses droits pour la course. Toutefois, Lewis Hamilton se retrouve rapidement sous investigation avant même le départ de la course : il aurait effectué une procédure de départ hors de la zone prévue à cet effet. Il part donc avec une épée de Damoclès au-dessus de son casque. Qui plus est, sa qualification compliquée l’oblige à partir en pneus softs au contraire de Verstappen et Bottas qui sont chaussés en medium. Le départ est donné, et Bottas tente d’attaquer son coéquipier, sans succès. Derrière eux, Ocon a réalisé un départ phénoménal au point de prendre temporairement la troisième place à Verstappen ! Pérez est lui doublé par les deux Renault et chute aux sixième rang. Il est cependant plus chanceux que Stroll, qui s’accroche avec Leclerc dans ce premier tour et termine son après-midi dans le mur. Sainz lui s’est raté dans le virage 2 en revenant sur la piste et a mis sa suspension avant-gauche en pièces…

Sergio-Pérez-Grand-Prix-Russie-Sotchi 2020 ©Twitter-Racing-Point
Sergio Pérez au GP de Russie 2020 ©Twitter Racing Point

La safety car est donc de sortie pour calmer les esprits, sauf celui d’Hamilton qui ne décolère pas. L’Anglais a ainsi écopé de dix secondes de pénalité pour non pas une, mais deux violations de la procédure de départ ! Il juge la sanction ridicule et passe à l’attaque avant son arrêt pour ressortir le plus haut possible. Pendant ce temps, Netflix est chez Mercedes pour la saison 3 de Drive to Survive : cela pourrait-il avoir une quelconque influence sur ces pénalités ? Ou est-ce que à l’image de Schumacher en 1994, la FIA essaierait-elle de briser la domination de l’Anglais pour relancer l’intérêt d’un championnat qui se voit plombé par l’hégémonie des Mercedes ? Pendant ce temps, Pérez signe un magnifique dépassement sur Ricciardo dans le 16ème tour, qui décide immédiatement de rentrer aux stands pour troquer ses gommes tendres contre des gommes dures.

Tout ceci n’est bien évidemment que spéculations plus ou moins fondées, et Hamilton s’arrête dans le 17ème tour. Il ressort onzième devant notamment Ricciardo, signe qu’il sauvera malgré tout le podium. A ce moment, Ocon est troisième devant Pérez, qui lorgne sur cette place provisoire sur le podium. Mais ce sera finalement la stratégie qui va déterminer le résultat final, à l’avantage de la Racing Point survivante. Ocon prend le pari de s’arrêter plus tôt que Pérez, mais se retrouve bloqué derrière la Ferrari de Vettel qu’il ne peut passer. Le Mexicain s’arrête lui dans le 21ème tour et repart devant Vettel, qui ne peut rouler aussi vite avec son tracteur rouge… La quatrième place est désormais jouée.

La Racing Point n’a désormais plus qu’à gérer sa course pour terminer « best of the rest » derrière Verstappen et les Mercedes. Derrière, Renault se fourvoie dans sa stratégie : conscients qu’Ocon ne peut passer Vettel, ordre est donné au Français de laisser passer Ricciardo pour qu’il tente le coup à son tour. Hélas, il rate son freinage au virage 2 et reçoit cinq secondes de pénalité pour avoir dépassé les limites de la piste. La French Touch diront certains avec ironie…

Sergio-Pérez-Grand-Prix-Russie-Sotchi 2020-Twitter-Racing-Point
Perez au Grand Prix de Russie 2020 ©Motors Addict

Pérez continue sa course, tranquillement installé au sixième rang provisoire qui devient quatrième avec les arrêts de Leclerc puis de Kvyat, qui auront roulé dans le top 3 grâce à une stratégie décalée. Si Ricciardo passe devant ces deux pilotes, Leclerc repart devant Ocon, et ce dernier se voit même harcelé par un Kvyat survolté en fin de course ! Seul la puissance du moteur Renault le protège des assauts de la torpille russe…

Devant, Bottas gère la course à sa main et s’impose en toute tranquillité avec le record du tour devant Verstappen et un Hamilton légitimement frustré. Quatrième, Pérez sauve les meubles de fort belle manière pour Racing Point après l’abandon de Stroll dans le premier tour. Il devance Ricciardo, Leclerc, Ocon, Kvyat, Gasly et Albon. Bottas ne manque pas de réagir de la même façon qu’en Australie l’an dernier : « To whom it may concern, f*** you. » Il revient à 44 points de son coéquipier et possède désormais 33 points d’avance sur Verstappen, qui lui compte un monde d’avance sur Norris, Albon et Ricciardo…

Discrète mais efficace, c’est ainsi qu’on peut résumer la course de Sergio Pérez en Russie. Il n’a pas été impliqué dans de grosses batailles ni opté pour une stratégie risquée, mais il a fait un sans-faute. Son dépassement sur Ricciardo dans le 16ème tour reste son principal fait d’armes sur cette épreuve, une manœuvre propre et rondement menée. Avec une voiture souvent accusée d’être une copie de la Mercedes de 2019, il a réussi à terminer à moins de huit secondes seulement d’Hamilton, ce qui n’est pas une mince affaire quand on sait à quel point la W11 est réussie. Le Grand Prix d’Italie à Monza restera une anomalie dans cette saison 2020, comme le fut le Grand Prix d’Allemagne l’an dernier…

Classement Pérez championnat après GP de Russie ©Racing Point Twitter
Avatar

Né avec le rêve de rejoindre Schumacher, Senna ou encore Prost au firmament de la Formule 1, aujourd'hui j'essaie de raconter leur histoire, ainsi que celle de tous les pilotes et de toutes les écuries qui ont fait, font et feront la légende d'un des plus beaux sports du monde.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :