Au volant des courses,  Formule 1

GP Qatar | Lance Stroll, une belle performance dans l’ombre d’Alpine

Après un Grand Prix de Sao Paulo assez animé en tête, place cette semaine au Grand Prix du Qatar pour la 19ème manche de la saison. Si les deux belligérants à la couronne mondiale ont une fois de plus ridiculisé la concurrence, Alpine a su briller pour placer ses deux monoplaces dans le top 5 et Alonso sur le podium. L’Asturien a ici signé le 88ème podium de sa carrière, le premier depuis le Grand Prix de Hongrie 2014 ! Mais un autre pilote a réussi une belle performance en la personne de Lance Stroll.

Aston Martin vit une saison aussi compliquée que décevante. Alors qu’en tant que Racing Point elle jouait régulièrement de gros points voire la victoire comme à Sakhir, force est de constater que la tendance n’est plus la même cette année. Sebastian Vettel a bien réalisé quelques exploits (Monaco, Bakou), mais n’a pas toujours été récompensé. Comme en Hongrie où sa magnifique seconde place lui a été volée pour un souci mécanique empêchant de délivrer le litre d’essence réglementaire…

Il compte toutefois plus de points que Lance Stroll (42-26) et ce malgré que le Canadien ait plus souvent fini dans le top 10 (8-6). Mais là où Vettel a signé un podium, Stroll n’a pas fait mieux que septième en Italie, course marquée entre autres par le double abandon Hamilton-Verstappen. Un peu plus régulier certes, mais commettant bon nombre d’erreurs par ailleurs. Alors que Vettel jouait le podium en Hongrie, Stroll a voulu imiter Bottas et a envoyé Leclerc et Ricciardo dans le décor. Seul l’Australien avait pu repartir…

Et ce week-end qatari ne semble pas être le plus propice à un rétablissement quelconque. Ainsi lors des essais, Stroll s’emporte à la radio, n’hésitant pas à dire que sa voiture ne vaut rien (pour rester poli…). Et en qualifications, il ne fait pas mieux que 12ème devant un Leclerc incapable de performer, alors que Vettel se hisse en Q3. Seule consolation, il a le choix des gommes au départ.

Et il réussit à bien s’élancer puisqu’il grimpe en dixième position dans les premiers virages, devant Bottas qui n’en finit plus de s’effondrer. Pénalisé pour ne pas avoir suffisamment ralenti sous drapeau jaune, le voici auteur d’un départ proprement calamiteux. Il perd pas moins de cinq places et dégringole donc au 11ème rang ! Derrière Pérez et Tsunoda, ces pilotes se retrouvent dans un petit train formé par le DRS.

Pérez s’en détache assez rapidement et laisse Tsunoda seul face à la meute. Le jeune Japonais résiste autant qu’il le peut mais dans le neuvième tour, il doit céder face à Stroll et Bottas et quitte ainsi le top 10, qu’il ne reverra plus de la course. Voici Stroll neuvième, mais il se fait déposer dans le tour suivant par la Mercedes. Ah, la magie du DRS… Le voici donc 10ème mais pas distancé : avec ses pneus médium, il parvient à suivre le rythme des pilotes devant lui.

Neuvième après l’arrêt de Gasly, il décide de prolonger son relais en médiums pour maximiser ses chances de marquer des points là où les pilotes en pneus tendres doivent s’arrêter au moins deux fois. Il est confortablement installé entre les deux Ferrari et pointe huitième après 20 tours. Pérez vient de s’arrêter et est reparti derrière Vettel, remonté 11ème après un mauvais départ.

Stroll s’arrête dans le 24ème tour pour passer les gommes dures pour ce qui doit être son seul arrêt de la course. Il repart 13ème entre les deux AlphaTauri, qui sont nulle part dans cette course. Toutefois, il ne parvient pas à réussir un undercut sur Esteban Ocon qui ressort devant lui. A contrario, il double Sainz qui repart derrière lui dans le 29ème tour et ce malgré un magnifique double arrêt de la part de Ferrari. Une bonne opération pour le pilote Aston Martin.

Le voici donc neuvième, puis huitième avec le principal coup de théâtre de la course : la crevaison de Bottas. Alors qu’il jouait la troisième place face à Pérez, il se voit lâché par son pneu avant-gauche et perd toute chance de marquer des points. Un coup dur pour Mercedes au classement constructeurs… Puis le Canadien gagne deux places supplémentaires à la faveur des arrêts de Gasly et de Norris. Si le Français effectuait là son second arrêt, le Britannique lui est victime d’une crevaison qui ne sera pas aussi dramatique que celles de Bottas ou des pilotes Williams…

Ces derniers privent sans le vouloir Stroll de ce qui aurait pu être son premier top 5 de la saison. En fin de course, Ocon semble à la peine avec ses gommes et un petit train se forme derrière le pilote français. Stroll le suit comme son ombre, tout comme les Ferrari qui peuvent prendre quelques points supplémentaires dans la bataille contre McLaren. Mais la voiture de sécurité virtuelle en fin de course met un terme à cette bataille.

Alors que tout le monde célèbre un Alonso de retour sur le podium, Lance Stroll termine sixième derrière Ocon et s’offre son meilleur résultat de la saison. Là où Bottas et Norris ont perdu gros sur des crevaisons, le Canadien a eu plus de chance et a su rester à la lutte pour de gros points. Avec Vettel dixième, Aston Martin place ses deux voitures dans les points pour la deuxième fois de la saison et Stroll revient à neuf points de son coéquipier. Si Aston Martin est désormais condamnée à la septième place du classement constructeurs, nul doute que Stroll tentera de dépasser Vettel au classement pilotes. Une course comme celle-ci peut lui donner de l’espoir…

Né avec le rêve de rejoindre Schumacher, Senna ou encore Prost au firmament de la Formule 1, aujourd'hui j'essaie de raconter leur histoire, ainsi que celle de tous les pilotes et de toutes les écuries qui ont fait, font et feront la légende d'un des plus beaux sports du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :