Au volant des courses,  Formule 1

GP USA | Yuki Tsunoda, enfin quelques points !

Après la pluie stambouliote, direction Austin pour la Formule 1 pour profiter de la chaleur texane. Cette 16ème manche du championnat se devait de réserver son lot de surprises, ainsi qu’un duo Verstappen-Hamilton en piste. Ce dernier a bien eu lieu, avec l’avantage au Néerlandais qui s’est imposé pour prendre 12 points d’avance sur l’Anglais. Mais la bataille a eu lieu à tous les étages, et un pilote a pu se mettre en valeur derrière les quatre top-teams, en la personne de Yuki Tsunoda.

Dire que Yuki Tsunoda est décevant cette saison n’est pas se tromper. Auteur d’une très belle saison en F2 l’an dernier, il a logiquement débarqué chez AlphaTauri en vertu du contrat avec Honda. Le motoriste nippon souhaitait voir un de ses représentants en F1 dès que ce serait possible, et Kvyat s’est donc vu montrer la sortie… Les attentes étaient grandes autour du premier pilote né dans les années 2000 à courir en F1 : il n’avait que huit mois lorsque Räikkönen et Alonso ont fait leurs débuts en Australie en 2001 !

Mais après un beau Grand Prix à Bahreïn (ponctué d’un magnifique doigt d’honneur involontaire à Alonso : dans une des lignes droites, son DRS s’est refermé une fraction de seconde, montrant « Honda » ! Et quand on connaît le passif de l’Espagnol…), force est de constater que son manque d’expérience l’a rattrapé. Il a ainsi enchaîné les erreurs et les accidents en tout genre, ne marquant que quelques points ci et là.

La comparaison avec son coéquipier Pierre Gasly est plus que difficile : le Français a toujours été devant en qualifications (si l’on excepte la course sprint à Monza où Gasly avait fini dans le mur, mais vu que Tsunoda n’avait pas pris le départ…) Il a -qui plus est- atteint la Q3 à 14 reprises, contre seulement 4 pour le Japonais. En course, il n’y a pas non plus photo : 74-18 pour Gasly, qui compte en plus un podium opportuniste à Bakou. Tsunoda y avait fini septième, et a pour meilleur résultat une sixième place en Hongrie. Le fait qu’il soit lui-même surpris par le renouvellement de son contrat pour 2022 en dit long…

Toutefois, il a su se mettre en valeur en Turquie en début de course, en contenant Hamilton pendant plusieurs tours. Hélas, il est ensuite parti en tête à queue et a raté le top 10. Le voici donc aux Etats-Unis avec l’envie de bien faire et de ramener des points précieux dans la lutte pour la cinquième place avec Alpine et Aston Martin. La première partie du travail est ainsi accomplie en qualifications avec sa cinquième Q3 de la saison et la 10ème place sur la grille. Il part cependant deux places derrière Gasly, qui profite de la pénalité de Bottas…

Au départ, c’est pourtant le Japonais qui s’élance le mieux avec ses pneus soft. Il plonge à l’intérieur, surprend Gasly et Bottas et s’empare de la huitième place devant le Finlandais. Sa résistance marche si bien que le pilote Mercedes ne peut le dépasser, ni même le suivre avant de se faire doubler par l’autre AlphaTauri. Mais compte tenu qu’il est parti en softs, il doit s’arrêter dans le dixième tour pour prendre les pneus durs, et repart en 14ème position.

Il profite cependant des arrêts aux stands pour repasser son coéquipier puis Mick Schumacher et se retrouver 12ème. Son début de course est vraiment bon, il est dans le rythme et ne commet aucune erreur. C’est ensuite Räikkönen qu’il repasse : le Finlandais était sixième avant son arrêt. Il ne lui reste plus que les Aston Martin à passer, et Valtteri Bottas repart derrière lui après son premier arrêt ! Comme on se retrouve…

Toutefois, le Finlandais est bien plus offensif avec des pneus frais et se jure de déposer l’AlphaTauri. Dans le 18ème tour, Tsunoda dépose un Stroll à l’agonie avec ses gommes au bout de la ligne droite, mais Bottas se jette à l’intérieur et passe également le Canadien. Deux tours plus tard, le pilote Mercedes trouve la faille et s’envole rapidement devant Tsunoda, qui se retrouve neuvième sans réellement pouvoir espérer mieux. Les quatre meilleures écuries de la grille semblent inaccessibles aujourd’hui… Encore est-il en course, son coéquipier a été contraint à l’abandon sur un problème de suspension.

Sa course se poursuit sans histoire : Bottas le sème mais derrière personne ne revient sur lui. Il se retrouve donc en solitaire, mais avec la possibilité de marquer deux points, qui seraient ses premiers depuis la Hongrie. Il rentre de nouveau à la fin du 33ème tour pour passer un second train de gommes dures neuves, et repart onzième derrière les deux Aston Martin, qui doivent encore s’arrêter. Toutefois, il doit batailler face à un Kimi Räikkönen affamé pour garder cette position : à 42 ans, Iceman n’a rien perdu de sa hargne bien qu’il s’agisse de sa dernière saison.

Stroll libère le pilote japonais dans le 36ème tour, libérant l’AlphaTauri qui doit résister à l’Alfa Romeo pour aller chercher la neuvième place. Il l’obtient dans le 39ème tour avec l’arrêt de Vettel, qui repart 12ème derrière les Alfa Romeo. Plus rapide que ces dernières, il distance peu à peu Räikkönen qui finit par se sortir dans le 53ème tour. Le Finlandais repart, mais a laissé sa 10ème position à Vettel, qui bien qu’étant le pilote le plus rapide en piste derrière les leaders ne peut espérer revenir sur le Japonais.

Loin derrière les pilotes des quatre meilleures écuries, Yuki Tsunoda a terminé à une encourageante neuvième place, empochant les deux points qui vont avec. Auteur d’un excellent début de course à contenir Bottas et à être dans le rythme, il a su garder la tête froide ensuite. Pas d’erreurs, pas de coups de sang à la radio, mais un pilotage propre et une consistance qui a fait du bien : ce n’est pas la course d’une vie mais un bon exemple de ce qu’il doit faire. Il a certes terminé à un tour des leaders, mais a accompli une course satisfaisante, qui devrait lui donner un boost de confiance bienvenu.

Né avec le rêve de rejoindre Schumacher, Senna ou encore Prost au firmament de la Formule 1, aujourd'hui j'essaie de raconter leur histoire, ainsi que celle de tous les pilotes et de toutes les écuries qui ont fait, font et feront la légende d'un des plus beaux sports du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :