Au volant des courses,  Formule 1

GP de Bahreïn : AlphaTauri, comme une occasion manquée


Après trois mois et demi d’attente, la Formule 1 est enfin de retour pour cette saison 2021.  Comme en 2006 et en 2010, c’est le circuit de Sakhir à Bahreïn qui accueille la première course du championnat, et permis de dresser un premier vrai tableau des forces en présence. Si le duel Red Bull/Mercedes semble battre son plein à l’avant du peloton, AlphaTauri a elle aussi fait forte impression… sans pouvoir réellement confirmer.

Comme tout le monde le sait, la première course d’une saison est toujours abordée avec un supplément de stress. C’est ici que l’on peut se faire une idée de la performance globale de la voiture et de savoir si tout va dans le bon sens ou non. Les essais de présaison sont généralement peu révélateurs, dans le sens où personne ne pousse réellement sa voiture à fond. Personne, sauf quelques-uns qui tournent à vide dans un coup de bluff pour surprendre la concurrence (comme Prost en 2001…).

Ainsi pendant les essais, les Mercedes jouent comme toujours devant mais ne semblent pas aussi imprenables qu’auparavant. Les Red Bull semblent également en forme, en particulier Verstappen qui domine les séances d’essais libres. Derrière, ce sont les AlphaTauri qui font également office d’outsiders un peu inattendus. L’AT02 semble décidément bien née, et Gasly ainsi que Tsunoda se retrouvent bien placés au cours des séances d’essais libres.

La tendance se confirme en qualifications, puisque les deux voitures passent sans difficultés en Q2. Mieux, Tsunoda réalise le deuxième temps de la Q1 ! En confiance, l’écurie de Faenza décide ni plus ni moins que de faire passer ses pilotes en Q3 avec des pneus médiums, un luxe jusqu’ici réservé aux Mercedes et à Verstappen. Ce pari se révèle à moitié payant : si Gasly passe en Q3, Tsunoda est éliminé et ne part que 13ème. Décidément en grande forme, le Normand pointe au troisième rang après la première salve de tours, devant Bottas ! Il se qualifie finalement cinquième, derrière Leclerc qui a réalisé un superbe tour. Preuve de la renaissance des Ferrari, Sainz est huitième. Devant, c’est Verstappen qui a dominé les qualifications, devant les deux Mercedes. De bon augure pour la course…

La procédure de départ est perturbée par la Red Bull de Sergio Pérez, victime d’une coupure moteur. Victime d’une mauvaise stratégie de son écurie qui voulait absolument le faire partir en médiums, le voici condamné à partir des stands ! Décidément cette Red Bull n°2 semble maudite… Le Mexicain est désormais condamné à un exploit alors que tout le monde se relance pour un second tour de formation.

Au départ, Gasly garde sa cinquième place devant les McLaren tandis que Tsunoda se rate un peu et perd deux places. La voiture de sécurité est cependant déployée car Mazepin s’est (déjà) mis dans le mur… Surnommé « Mazespin » par certains, il n’a pas arrêté de partir en tête à queue tout au long des essais. En qualifications, il réalise l’exploit de briser le « gentlemen’s agreement » en doublant tout le monde dans le dernier secteur… avant de pirouetter dans le premier virage, provoquer la sortie du drapeau jaune et empêcher Vettel et Ocon de passer en Q2 ! Là, il fait encore plus fort avec une erreur digne d’un débutant qui aurait par mégarde enlevé l’anti-patinage sur F1 2020… Pied au plancher avec des pneus froids et une voiture sans aéro, il perd le contrôle de sa Haas et termine sa course après trois virages. De quoi rajouter une couche à un passif déjà bien lourd…

La course est relancée dans le quatrième tour, et comme au Brésil en 2019 Verstappen relance le meute au dernier moment. Si le quatuor de tête reste le même, derrière Gasly est attaqué par les deux McLaren dans le virage quatre. Doublé par Norris puis Ricciardo, il percute l’Australien à l’arrière et casse son aileron avant dans l’opération. S’il peut rentrer aux stands pour réparer, c’en est fini de ses espoirs de points tandis que Tsunoda est retombé au 16ème rang derrière Pérez, pourtant parti des stands… Le rookie japonais est désormais condamné à l’exploit pour aller sauver quelques points.

Devant, Verstappen est en tête jusqu’à la première salve d’arrêts dans le 17ème tour, où il cède le leadership à Lewis Hamilton, qui s’est déjà arrêté. L’Anglais ravitaille de nouveau dans le 28ème tour et rend le commandement au Néerlandais, qui décide de prolonger son relais le plus longtemps possible. Il cherche à maximiser son capital pneus en fin de course pour remonter sur Hamilton et le dépasser. Derrière la bataille fait rage à tous les étages dans le peloton, avec Pérez qui revient de nulle part pour obtenir un beau résultat malgré ses problèmes en début de course. Les McLaren semblent être les plus solides avec un Norris indéboulonnable en quatrième position devant Leclerc et Ricciardo. Derrière, Tsunoda remonte peu à peu dans la hiérarchie, puis redescend au gré des arrêts. Gasly lui est englué dans les profondeurs du classement…

Dans le 39ème tour, Verstappen effectue son dernier arrêt, 11 tours après Hamilton ! Le voici relégué à près de neuf secondes de l’Anglais mais avec des pneus neufs et une forte envie d’en découdre. La machine se lance alors et le Batave remonte à coup d’une seconde au tour, désireux de remporter ce premier GP de la saison. Bottas lui a perdu tout espoir de faire mieux que troisième après une erreur de ses mécaniciens, qui lui ont fait perdre près de dix secondes… C’est désormais un duel Hamilton-Verstappen qui s’annonce, tandis que derrière les positions évoluent peu excepté Pérez qui continue de remonter et Vettel qui n’en finit plus de perdre des places… Tsunoda a lui réussi à retrouver le chemin des points, il a doublé Räikkönen pour figurer en 10ème position. C’est dire si l’AlphaTauri pouvait viser mieux sur cette course…

En tête, Verstappen remonte tour après tour sur Hamilton en profitant de ses pneus plus frais ainsi que du placement des retardataires. Ainsi, les deux belligérants voient Vettel et Ocon s’accrocher avant de reprendre leur route, mais la Red Bull remonte inexorablement, encore et encore… avant que tout se joue dans le 53ème tour. Verstappen trouve enfin l’ouverture et passe la Mercedes dans le virage 4… avant de laisser repasser Hamilton dans la zone de DRS suivante. Le Batave a eu le malheur de dépasser les limites de la piste lors du dépassement et a été sommé de rendre la position… alors qu’Hamilton a fait comme si elles n’existaient pas pendant la moitié de la course !

Ainsi une fois de plus Hamilton n’était pas le plus fort mais il est bien le vainqueur du jour devant Verstappen et Bottas qui arrache le record du tour dans la dernière boucle. Norris est un superbe quatrième devant Pérez qui signe un top 5 venu de nulle part et se retrouve logiquement élu Pilote du jour. Leclerc se classe lui sixième devant Ricciardo, Sainz et Tsunoda qui est parvenu à doubler Stroll en fin de course pour terminer neuvième. Gasly lui a dû abandonner suite à son accident de début de course.

Au vu de la belle course de Tsunoda et des qualifications prometteuses, il faut espérer qu’AlphaTauri puisse faire montre de tout son potentiel dans les courses à suivre. Gasly s’est rapidement retrouvé hors-course alors que Tsunoda devient le huitième pilote japonais à marquer des points en F1, le premier à réussir cette performance pour sa première course. Il est également le 76ème pilote de l’histoire à marquer des points pour son premier Grand Prix. Avec le rythme affiché en qualifications ainsi qu’en course pour Tsunoda, il y a fort à parier que l’écurie de Faenza nous réserve bien des surprises…

Avatar

Né avec le rêve de rejoindre Schumacher, Senna ou encore Prost au firmament de la Formule 1, aujourd'hui j'essaie de raconter leur histoire, ainsi que celle de tous les pilotes et de toutes les écuries qui ont fait, font et feront la légende d'un des plus beaux sports du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :