DébrieF1

DébrieF1 : GP de Russie : Vettel n’est plus de retour en fait

Le DébrieF1 revient de manière piquante et humoristique sur les week-ends de course F1 : analyses, focus, stats… Revivez les temps forts de chaque Grand Prix. Russie, Mère Patrie de Mercedes.

Vettel, trop gourmand ?

On vous annonçait dans le dernier DébrieF1 que Vettel était enfin de retour. Mea culpa, en fait…non ! Sebastian, entre nous, ta victoire de Singapour te serait-elle montée à la tête ? Entre la quasi-exclusion en Q1, des qualifs quelque peu décevantes et tes histoires en course, qué pasa ? L’Allemand, encore battu en qualification par ses deux détracteurs, Charles et Lewis, est déçu. Il convertit finalement ce petit couac en stratégie positive avec Ferrari. En effet, lors du départ, il est convenu que Leclerc lui fournira l’aspiration afin d’attraper la deuxième place et empêcher l’ennemi numéro 1, Hamilton, de venir perturber les espoirs d’un doublé des Rouges sur des terres russes qui n’ont pas encore été conquises par les sabots du Cheval Cabré. Et les premières secondes de course, ça marche ! Charles ne réalise pas un départ en trombe pour la jouer collectif et Vettel en profite pour larguer Lewis derrière lui. Deal ! C’était sans compter sur les ambitions personnelles du quadruple champion du monde. Le petit Vettel, il a voulu le beurre, l’argent du beurre et la crémière. Il profite de cette aspiration offerte par son coéquipier pour s’emparer d’une première position qui le fait tant rêver. Et il ne s‘arrête pas à ça. Au fond de lui, il le sait sûrement que d’ici peu, son téléphone va sonner et aligne les chronos. Il avait raison : le « téléphone pleure » sur les ondes Ferrari. Les Rouges tentent de convaincre l’Allemand de rendre la place de Leclerc mais Sebastian ne l’entend pas de cette oreille. Il avance le fait que Charles est trop loin et le Monégasque tente de se racheter de Singapour en gardant son calme malgré une frustration qu’on peut facilement deviner.

Finalement, le switch se fait lors des arrêts aux stands, celui de Vettel est plus long et permet à Charles de reprendre de justesse les commandes avec toutefois, son équipier dans les échappements. Mais le karma s’en mêle et tape sur le casque de Vettel pour lui rappeler qui est le patron ! Un MGU-K capricieux l’oblige à garer sa « Lina » dans le 15e virage et entend le Sebastian en colère réclamer le retour aux vraies bases : « qu’on ramène ces putains de V12 ! ». Mais le karma n’en n’a pas fini avec lui ! Sous Virtual Safety Car, Russel plante sa Williams droit dans le mur et provoque la sortie de la Safety Car cette fois-ci. Une réelle aubaine pour les pilotes Mercedes qui en profitent pour réaliser un arrêt stratégique et leur offre la tête de la course. Les Flèches d’Argent confirment leur domination absolue sur ce tracé russe, ils s’offrent un doublé inespéré et il ne reste plus que les larmes à Ferrari.

Finalement, pas de beurre ni d’argent et encore moins de crémière au rendez- vous dans le programme de Vettel. Seul Leclerc a eu droit à une lapée de lait. Parce que bon, le pauvre Charles, lui qui veut tellement se consacrer à son amante Ferrari qu’il en est venu à laisser tomber sa girlfriend, le voilà dans de beaux draps, faute à un quadruple champion du monde un peu trop gourmand. Et ce dernier n’a rien à se reprocher.

« Je ne sais pas vraiment ce qui s’est passé au départ. On en avait parlé avec toute l’équipe, et Charles (Leclerc) avant la course. On avait un accord clair entre nous. Peut-être que je suis passé à côté de quelque chose. Mais nous allons en discuter. Nous avions une stratégie pour que je dépasse Lewis (Hamilton), et j’ai pris un très bon départ. »

Dans la catégorie des effets boomerangs, un des dignes représentants, c’est bien Albon. Il sait comment se faire pardonner ! En Q1, il se loupe et plante sa Red Bull dans le mur. Horner grimace. Mais le petit gars n’a pas dit son dernier mot. Il démarre depuis la voie des stands et termine… en cinquième position ! Faut-il détailler plus que ça ? Et il n’a pas été aidé par un Sainz extrêmement performant qui a occupé cette position jusqu’à cinq tours avant la fin.

Focus : les news WTF du week-end

Ces derniers temps, on entend beaucoup d’informations et de discussions sur l’avenir de la F1. Autant certaines initiatives font sens, autant d’autres idées ont le don d’hérisser le poil du Paddock.

La grille inversée. À Singapour, Todt annonce que la FIA étudie l’option d’une course qualificative en grille inversée afin de varier les chances. Une nouvelle mal accueillie par le Paddock. « Une connerie totale » pour Vettel, ou encore « une excuse pour les mauvaises décisions » selon Hamilton, on l’a compris, c’est le genre d’idée à vite ranger dans le coffre de la FIA.

Le lest comme punition. Mais qu’est-ce que c’est que ça ? L’idée est de remplacer les punitions de grille de départ par un lest (poids) qui serait ajouté aux monoplaces et proportionnelles par rapport aux sanctions. On se croirait presqu’en karting ! Autant on comprend l’initiative de vouloir dissimuler ces pénalités tellement impopulaires, autant, allez expliquer à un spectateur lambda (en plus de tous les règlements complexes) pourquoi telle ou telle voiture est plus lente TOUTE la course. Sainz n’y voit pas d’intérêt « cela va contre ce dont a besoin la F1 actuellement » soutenu par Horner : « nous avons vu dans d’autres catégories que ça ne marchait pas ».

Alpha Tauri. C’est ainsi que Toro Rosso pourrait s’appeler la saison prochaine. En effet, actuellement, la petite sœur de Red Bull portait la pure traduction en italien de son ainée en tant que nomination. Désormais, le team souhaite mettre en avant la marque de vêtements fondée par la célèbre marque de boissons énergisantes.

Fins des contrats Renault. McLaren sera motorisé encore une saison avec la marque française avant de se tourner vers une association emblématique qui a animé la F1 de 1995 à 2014, notamment avec les championnats dans les poches de Hakkinen et Hamilton. Vous l’avez compris, le duo McLaren-Mercedes sera de retour à partir de 2021 et ce, jusqu’ au moins 2024. De quoi se poser des questions sur l’avenir de Renault non seulement en tant que motoriste mais aussi en tant qu’écurie.

Tops

Haas
4/5

Eh oui, l’écurie américaine est dans les tops ! Malgré son abandon totalement hors de sa portée, Grosjean a proposé un week-end solide, à se demander quelle course il aurait pu faire quand on voit un Magnussen qui a évolué en sixième place jusqu’à une petite erreur qui lui a fait perdre trois positions à la fin de la course. Même si bilan comptable final n’est pas top, la prestation a été là, c’est à souligner !

Hulkenberg
4/5

Particulièrement en firme, le pilote en recherche d’un baquet a donné de bonnes raisons aux écuries pour entamer de sérieuses négociations. Performant et incisif, l’Allemand a montré ce dont il était capable !

Albon et Sainz
4.5/5

Nous les avons déjà évoqués mais les deux jeunes pilotes ont démontré encore une fois que l’union de leur talent avec la performance de leurs voitures peut faire des étincelles !

Flops

Les Finlandais
2/5

Qu’il s’agisse de Räikkonën qui accuse week-end désastreux, battu par Giovinazzi, et terminant sur des résultats faibles avec un faux-départ dans le baquet. Bottas, même s’il termine 2e, se montre plutôt discret et on ne peut cacher notre déception de voir un Bottas effacé, invisible et suiveur quand on se souvient du Valtteri battant qu’on a pu voir en début de saison.

Williams
1/5

Entre Russel qui se plante dans le mur sous une Virtual Safety Car (visiblement dû à un problème) et Kubica qui accuse son premier abandon, Williams a dû se réjouir de quitter au plus vite les terres russes.

Kvyat
3/5

C’est plutôt Toro Rosso qui serait à blâmer. Le pilote russe, n’a pu presque rien faire à domicile à cause d’une monoplace extrêmement capricieuse

L'image du week-end

Giovinazzi, le chanceux injuste

Le mec est responsable de l’accrochage qui a mis fin à la course de Grosjean et Ricciardo dès le premier tour et c’est le seul des trois qui termine la course et qui ne paie pas les pots cassés.

Driver of the day

Oui, le Driver of the day existe déjà, on le sait ! Dans cette section, F1nal Lap souhaite mettre en avant un pilote qui aurait tout autant mérité le Driver of the day, voire même le Driver of the week-end.

Albon. Le cœur balance entre Sainz, enfin revenu en force et Albon qui a simplement épaté. Il faudra bien choisir ! On jette notre dévolu sur le « rookie » Red Bull. Parti dernier depuis la voie des stands, Albon a tout déchiré ! Que Marko arrête de nous faire durer le suspense pour 2020, on sait déjà ce qui se mijote dans sa tête.

Allô, radio ?

« Je comprends tout à fait, mais j’ai rempli ma part du contrat, je lui ai donné l’aspiration »
Charles Leclerc
Leclerc, après avoir réalisé son mea culpa de Singapour s’est montré plus conciliant dans ses déclarations radio mais n’oublie pas de s’imposer au travers d’une petite pique après que Ferrari n’ait pas imposé un switch immédiat des positions avec Vettel.

La stat

8

Mercedes réalise son huitième doublé saison. À savoir que c’est autant que les deux saisons précédentes réunies. De quoi assurer encore plus la domination incontestable des Flèches d’Argent cette année et ne laisser planer presque plus aucun doute sur le 6e titre de Lewis Hamilton.

Podium F1nal Lap

Hamilton
Il a concrétisé et profité stratégiquement des aléas
Albon
Une course magnifique !
Sainz
Il a assuré son talent et la voiture
Avatar

Fondatrice et rédactrice en chef. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. F1nal Lap a pour but de rapprocher les amoureux de la F1 au plus près du Paddock au travers d'un contenu original et recherché. F1nal Lap, la F1 comme vous ne l'avez jamais vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :