DébrieF1

DébrieF1 : GP de Belgique, Leclerc signe une première victoire difficile à savourer

Le DébrieF1 revient de manière piquante et humoristique sur les week-ends de course F1 : analyses, focus, stats… Revivez les temps forts de chaque Grand Prix. Du noir au rouge, le week-end sous les couleurs belges a marqué les mémoires.

Spa-Francorchamps teinté de rouge

Nous avons décidé tout de même de revenir sur ce week-end endeuillé, l’humour est le meilleur remède de la vie nous dira Ricciardo. ENFIN ! Un mois sans F1, franchement, on était en manque ! Surtout après les derniers Grands Prix qu’on a eu. C’est avec un grand sourire que tout le monde rejoint le Paddock habité par la frénésie de la reprise de la saison. Les développements sur les voitures arrivent et surtout, le marché des transferts s’agite. Et justement, les premières annonces tombent : Bottas reste chez Mercedes, Perez rempile pour trois ans en rose et Ocon a fait virer Hulkenberg de chez les Jaunes.

Les essais libres nous mettent l’eau à la bouche. Albon n’a pas le temps et roule presque dans les temps de Verstappen lors de la première séance d’essais libres malgré une pénalité moteur qui le fera démarrer en fond de grille. Il est là le petit Alex ! Les essais libres n’étaient clairement pas ceux de Hamilton, entre un problème d’accélérateur en EL1, un casque qui laisse passer le sable en EL2 et une voiture dans le mur en EL3, le week-end commence mal pour le quintuple champion du monde.

En qualifications, c’est la saison des barbecues : les moteurs de Kubica et Giovinazzi partent en fumée. De plus, Spa-Francorchamps ressemble aux embouteillages de Paris : Les voitures se suivent au ralenti pour constamment laisser passer les pilotes qui sont dans leur tour rapide. « C’est ridicule » comme dirait Lewis. Mais parmi eux, Leclerc a un bon GPS et contourne les ralentissements. Il poursuit sont pilotage comme il l’a commencé : en première position et en pole. Ferrari signe enfin son doublé sur la grille de départ et domine les Flèches d’Argent.

La course en elle-même ne propose rien d’exceptionnel mis à part l’accrochage entre Verstappen et Kimi Räikkönen au départ qui met fin à la course du numéro 33 devant plus de 40.000 spectateurs néerlandophones. Il casse ainsi sa série de 21 Grands Prix termines dans les points et dans le top 5. Les applaudissements au 19e tour en hommage au numéro d’Anthoine Hubert, décédé la veille, ont fait très chaud au cœur. De leur côté, auteurs d’un doublé au départ, chez Ferrari, on veut gagner, et ça, peu importe avec qui. Et quelle ne fut pas notre surprise lorsque le téléphone a sonné chez Ferrari ! Après une stratégie de pit stop qui a mis Sebastian en tête, “allô Seb, il faudrait que tu laisses passer le petit jeune en rouge qui est derrière toi“. Un tour de passe-passe qui offre la victoire au Monégasque mais qui permet aussi à un certain Hamilton de passer l’Allemand. Après un arrêt supplémentaire, Vettel peut dire adieu à tout espoir de podium, cédant sa troisième place au deuxième pilote des Flèches d’Argent. Notre cœur a quelque peu saigné la vue triste d’un Norris coincé sur ls ligne d’arrivée un tour avant la fin. Auteur d’une course exceptionnelle, sa monoplace en a décidé autrement et l’a forcé à se garer sur le côté.  Leclerc empoche (enfin !) sa première victoire, difficile à savourer après la perte d’un copain la veille.

Focus : marché des transferts

Ferrari. Vettel et Leclerc, tous deux sous contrat juste 2020, ne risquent pas de partir bien loin. Reste à savoir qui occupera le fameux poste de pilote numéro 1 au sein de l’écurie.

Red Bull Racing. Sous contrat jusque 2020 à condition d’être dans le top 3 du championnat à la trêve estivale, Verstappen continuera donc d’arborer le taureau sur les flancs. Mais en compagnie de qui ? Il faut dire que les candidats ne manquent pas : Albon toujours en test chez la marque autrichienne, Gasly et Kvyat rêvant d’un retour presque inespéré, voire même d’autres pilotes de la filière Red Bull.

McLaren. Norris et Sainz ne font pas partie des débats puisqu’ils ont signé avec McLaren jusque 2020. La paire fait pour l’instant bien l’affaire de l’écurie qui assume un bilan extrêmement positif.

Toro Rosso. C’est la grosse énigme, aucun pilote n’est confirmé pour le moment. Nous le savons, les choix dépendront de ceux que Red Bull fera. L’écurie est devenue le refuge des pilotes jetés par la marque au taureau, une espèce de centre psychologique en passe de reconstruire ces pilotes abimés. Est-ce que Toro Rosso continuera à jouer la carte de l’hôpital à pilote expérimentés avec Gasly ou Kvyat ou tentera de renouer avec son destin prédéfini de faire monter de nouveaux talents de la Red Bull Junior Team dans l’espoir de leur donner un volant Red Bull ? En tout cas, les candidats ne manqueront pas !

Renault. La marque au losange rallie avec la French Touch en signant Ocon pour deux ans. Il y retrouvera Daniel Ricciardo, qui lui-même, en signant cette année chez Renault avait mis le Français sur le banc de touche. Ce dernier accueille un Nico Hulkenberg en détresse, expérimenté mais en manque de résultats probants.

Racing Point. Le Grand Prix du Mexique a signé un contrat avec la F1 jusqu’en 2022, et dans la foulée, Perez fait de même et prolonge de trois ans chez Racing Point. Quant à Stroll, son baquet n’est presque pas en jeu pour 2020 puisque son père est propriétaire de l’écurie.

Alfa Romeo. Le contrat de Räikkönen le fera rouler encore une année supplémentaire chez la petite sœur de Ferrari. En effet, sur le même principe que Toro Rosso et Red Bull, Alfa peut endosser le rôle d’écurie formatrice pour de jeunes pilotes qu’elle va chercher dans la Ferrari Academy, d’où provient Giovinazzi. On ne sait pas encore si ce dernier va rempiler pour l’année prochaine. Même si certaines rumeurs ont évoqué l’arrivée de Mick Schumacher, également membre de l’académie, cela semble peu probable étant donné que cela s’avère quelque peu prématuré et il manquerait de points pour obtenir sa Super Licence. Giovinazzi semble être la meilleure option pour l’instant.

Haas. C’est l’écurie qui occupe le centre du jeu des transferts. Magnussen serait sous contrat jusque 2020 et Grosjean est actuellement en fin de contrat. Cependant, nous ne connaissons pas les conditions. Et vu la situation actuelle de Haas, il ne serait pas étonnant de voir les deux pilotes sauter. Un tel scénario serait peu probable mais reste envisageable au vu de la déception qui habite Steiner de voir qu’aucun de ses deux pilotes ne lui apportent satisfaction. Il semblerait toutefois que Romain soit le plus en danger. Le patron de l’écurie a déclaré avec franchise qu’il étudiait toutes les possibilités et que les nouvelles tomberont dans la quinzaine à venir.

Williams. Une seule place se joue dans l’écurie de Claire. En effet, Russell a signé pour deux ans. Kubica risque fortement sa place. C’est son budget qui a joué un rôle dans son engagement mais également dans les revenus (faibles) de l’écurie. Williams pourrait se tourner donc vers un pilote à valise comme Latifi, connu de l’écurie (pilote de réserve) mais aussi fils d’un homme d’affaires qui pourrait bien donner le sourire à Claire.

Nico Hulkenberg. Pilote sur la touche, l’Allemand ne manque pas de possibilités de rebondir : Haas, Red Bulll, Toro Rosso, Alfa ou Williams. Cependant, tout dépend de ce que chaque partie recherche.

Il est peu probable qu’il ait des chances avec Red Bull et Toro Rosso, enfermés dans leur système propre et fonctionnant avec leurs pilotes désignés.

Alfa possède déjà un pilote expérimenté et cherche à créer un binôme avec une jeune pilote avec une potentielle promotion Ferrari à l’avenir. Cependant, Vettel et Leclerc ne risquent pas de lâcher la marque au cheval de sitôt et Hulkenberg n’a plus le temps d’attendre jusque-là, l’écurie non plus.

L’écurie a fortement besoin de budget et possède déjà un Latifi porteur d’une valise conséquente sous la main. De plus, à son âge, ayant battu le record en F1 du pilote à avoir roulé le plus longtemps sans podium, Hulkenberg a certainement envie de tendre vers une fin de carrière où il aura la possibilité de casser ces chiffres et c’est n’est pas avec Williams que ça risque d’arriver. Cependant, le point attrayant de l’écurie de Claire, c’est qu’elle peut servir de tremplin vers Mercedes. À nouveau, comme pour Alfa, Nico n’a plus l’âge d’attendre pour entrevoir potentiellement une porte chanceuse s’ouvrir dans quelques saisons.

C’est là que tout peut se jouer ! Haas vise à être compétitive et ne se cache pas de vouloir avoir des pilotes expérimentés dans son line-up et Nico Hulkenberg remplit les critères. C’est probablement avec Steiner que tout va se jouer.

Tops

Albon
4/5

Il débarque dans un top team et termine 5! Alors oui, certains faits de courses l’y ont aidé mais quoi qu’il en soit, s’il n’avait pas réalisé une remontada depuis l’arrière, même avec les faits de courses, il n’aurait jamais pu occuper une cinquième place impressionnante. C’est Gasly qui doit se mordre le volant.

Gasly
3.5/5

En parlant de lui justement ! On s’attendait à le voir abattu, et il n’en n’est rien ! C’est un Gasly agressif comme jamais qui est monté en piste ce week-end. Même s’il finit de justesse dans les points, la prestation a montré qu’il pouvait se battre.

Perez
4.5/5

Visiblement signe un contrat pour trois ans a de quoi vous libérer. 6e à l’arrivée et auteur de quelques dépassements sympathiques, le Mexicain a montré qu’il avait sa place en F1.

Flops

Räikkönen
1.5/5

Ce n’était vraiment pas le week-end du King of Spa. D’abord incertain à cause d’une élongation qui fait débouler une Ericsson en 4e vitesse dans le Paddock belge, Iceman voit sa voiture transformée en vélo au départ de la course. Verstappen tente de s’insérer et le touche. Mais la karma Räikkönen, revient dans le Raidillon et décroche la roue avant gauche du Hollandais Volant qui atterrit dans le mur. Finalement, Kimi ne termine que 16e au terme d’une course à bout de souffle.

Ricciardo
2/5

Pourtant auteur d’une 6e place en qualifications, en course, les résultats n’y sont pas. Après, est-ce une question de voiture, de performance ou de mental (il a hésité à prendre le départ après le décès d’Anthoine Hubert), difficile à dire.

Haas
1/5

Catastrophe. Entre Magnussen qui a dû exploser le record du pilote le plus dépassé en un Grand Prix et un Grosjean éprouvant des difficultés à protéger une position dans les points acquise en qualifications. Steiner a beau dire que sa décision n’est pas prise, on se doute quand même bien qu’au moins un des pilotes va certainement sauter d’ici peu.

Vettel
2.5/5

Que se passe-t-il ? Clairement dominé tout le week-end et une Ferrari qui tient à peine en course, personne n’a compris ce qui arrivait à l’Allemand. Il avait pourtant de grandes chances de décrocher une victoire ou un podium.

Minute de silence

Une minute de silence a été observée avant l'hymne national en mémoire d'Anthoine Hubert, décédé la veille suite à un crash effroyable lors que la première course de F2.

Driver of the day

Oui, le Driver of the day existe déjà, on le sait ! Dans cette section, F1nal Lap souhaite mettre en avant un pilote qui aurait tout autant mérité le Driver of the day, voire même le Driver of the week-end.

Leclerc.

Il est vrai que Norris méritait amplement d’être élu pilote du jour. De notre côté, un autre qui le mérite aussi, c’est bien Lelcerc. Auteur d’un week-end solide, voire même parfait sportivement parlant, il a dû composer avec ses émotions et la perte d’un ami proche. Nous ne pouvons que tirer notre chapeau.

Allô, radio ?

« Celle-ci est pour lui »
Charles Leclerc
Dédie sa victoire à son pote Anthoine Hubert lors de son passage sous le drapeau à damier.

La stat

Avec cette première victoire, Charles Leclerc devient le 108e pilote vainqueur en F1, le premier monégasque et 3e pilote le plus jeune de l’histoire à 21 ans et 237 jours derrière Vettel et Verstappen.

Podium F1nal Lap

Leclerc
Un week-end sans fautes
Albon
À peine arrivé chez Red Bull qu'il signe une cinquième place et une prestation impressionnante
Perez
Une belle course
Avatar

Fondatrice et rédactrice en chef. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. F1nal Lap a pour but de rapprocher les amoureux de la F1 au plus près du Paddock au travers d'un contenu original et recherché. F1nal Lap, la F1 comme vous ne l'avez jamais vue !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :