Dans les allées du Paddock

Lettre à Anthoine


Cher Anthoine,

C’est un peu sonnée que je me lève ce matin. Était-ce un cauchemar ou la réalité ? Puis, me reviennent tous les hommages publiés en masse sur les réseaux sociaux, la réalité prend le dessus. Le chemin vers le circuit est difficile. Ce matin, Anthoine, Spa-Francorchamps pleure encore. Depuis hier, les mots me restent en travers de la gorge et toujours maintenant, je n’arrive pas à trouver ceux qui pourraient exprimer ce que je ressens. On ne se connaissait pas personnellement et pourtant, Anthoine, j’ai l’impression d’avoir perdu un membre de notre clan. Peut-être que certains ne comprendront pas pourquoi je suis tant touchée par ta disparition. La famille du sport automobile et si petite que nous nous sommes tous déjà à peu près croisés. Cette passion pour ce sport qui fait vibrer nos tripes nous unit tous d’une manière si particulière que nous vivons ensemble intensément les joies…. mais aussi les malheurs.

Comment expliquer ce qui est arrivé ? Impossible… C’est la loi du sport automobile dira-t-on. On aura beau poser des Halo sur les voitures, travailler sur la sécurité, rendre les protections meilleures, rien de tout cela ne pourra jamais contrer la base de ce qui fait le sport automobile : le danger. N’importe quel pilote qui s’assied dans un baquet connait les risques que cela représente. Mettre sa vie entre parenthèses le temps d’une course avec l’espoir de vivre l’adrénaline de la victoire, c’est l’existence que les pilotes ont décidé de mener. La tienne aussi, Anthoine.  « Fauché en pleine ascension » titrait je ne sais plus quel journal. On ne pouvait pas mieux décrire la situation. Un sentiment d’injustice et d’impuissance a envahi les cœurs. Tu as payé ta passion au prix fort.

Et pourtant, ce matin, la réalité frappe de plein fouet, les heures passent et la vie doit continuer. Tu resteras dans nos mémoires et toujours, tu rappelleras à tous ces jeunes pilotes que même s’ils sont aussi réfléchis que toi en piste, le sport automobile reste un défi unique qui peut parfois demander le plus grand sacrifice de toute une vie.

Anthoine, fais la bise à Jules et à tous ceux que tu rejoindras,

Amitiés,

Audran Lernoux
Avatar

Fondatrice et rédactrice en chef. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. F1nal Lap a pour but de rapprocher les amoureux de la F1 au plus près du Paddock au travers d'un contenu original et recherché. F1nal Lap, la F1 comme vous ne l'avez jamais vue !

Un commentaire

  • Avatar

    Yann Le Clère

    C’est hyper dur d’apprendre la disparition d’un pilote, mais les sports automobiles restent et resterons extraordinairement dangereux, je suis effondré par ce qui est arrivé à ce pilote espoir français, le sport automobiles pleure la perte d’un être chère. Il est difficile de trouver les mots pour qualifier ce drame.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :