Formule 1

GP d’Autriche : Norris et Russell, la relève britannique est assurée

Après le report du Grand Prix de Turquie, c’est donc un triple-header qui prend fin ce week-end. On prend ainsi les mêmes et on recommence sur le Red Bull Ring pour la neuvième manche de la saison, qui devrait en compter 23 au total. Comme la semaine dernière, Max Verstappen s’est imposé, mais deux autres pilotes ont réussi à briller sur le tracé autrichien. Lando Norris et George Russell ont ainsi chacun brillé plus haut que le leur permettent leurs monoplaces.

Le Grand Prix de Styrie avait fait connaître des fortunes diverses à Lando Norris et George Russell. Le pilote McLaren avait fini à une superbe cinquième place, premier de ce qu’on pourrait appeler la Formule 1.5 derrière les Red Bull et les Mercedes. Avec une régularité juste incroyable (sept top 5 et une huitième place en huit courses !), il se maintient en quatrième position au championnat devant Bottas ! Derrière lui, le pilote Williams n’en finit plus de faire des miracles au volant d’une monoplace rétive et écrase son coéquipier Latifi. Echouant à seulement huit millièmes de la Q3 et promu 10ème après la pénalité de Tsunoda, il s’est maintenu en huitième position pendant tout le début de course. Las, un problème hydraulique a tout bonnement ruiné sa course et l’a contraint à l’abandon.

Les deux jeunes anglais comptent bien capitaliser sur leur pointe de vitesse pour cette seconde course en Autriche, chacun à son échelle. Norris peut viser le top 5 voire mieux, alors que Russell reste sur l’optique de marquer quelques précieux points. Si les essais comme toujours brouillent les pistes, les qualifications donnent une idée plus précise des forces en présence. Et à la surprise générale, Russell accède à la Q3, cette fois pour six millièmes et en pneus médiums ! Il peut cependant dire merci à Sebastian Vettel, qui a involontairement ruiné le tour rapide d’Alonso… Norris passe lui à cinq centièmes de seconde de signer une incroyable pole position ! Il se qualifie cependant second derrière Verstappen, et devance Pérez, Hamilton et Bottas. Les Mercedes semblent en méforme… Russell lui se qualifie neuvième devant Stroll, et part même huitième avec la pénalité de Vettel !

Le départ est donné, et si Norris reste second, Russell lui se rate complètement et perd plusieurs places. Toutefois, un accident à l’arrière laisse Esteban Ocon sur le carreau et provoque la sortie de la voiture de sécurité dans les trois premiers tours. Russell a perdu pas moins de quatre places… Dans le quatrième tour, la course reprend ses droits et Pérez tente de doubler Norris pour prendre la seconde place. Le Mexicain tente le tout pour le tout dans le virage 4 par l’extérieur, mais l’Anglais lui barre la route et l’expédie dans les graviers et dans le ventre mou du peloton.

La McLaren fait cependant des miracles, puisque Hamilton est bloqué derrière lui sans pouvoir passer. Verstappen lui s’envole tranquillement en tête de course, profitant de Norris qui maintient malgré tout un rythme incroyable : aucun de ses concurrents directs n’est en mesure de le menacer d’une quelconque façon ! Le septuple champion du monde finit par passer dans le 20ème tour, non sans se fendre d’un commentaire élogieux à l’égard de Norris à la suite de leur duel. Ce dernier vient cependant de recevoir une pénalité de cinq secondes pour sa manœuvre sur Pérez ! Cette pénalité est cependant jugée sévère par bien des observateurs. Christian Horner lui-même n’y voit qu’un fait de course au micro de la Sky…George Russell est lui plus discret avec sa Williams. Grâce à ses gommes médium, il a pu profiter des arrêts des pilotes en soft pour remonter en neuvième position, très loin devant les voitures contre lesquelles il se bat habituellement. Seul Räikkönen le suit d’assez près, mais les deux pilotes devancent Alonso au volant d’une Alpine censée être plus rapide !

C’est aux alentours du 30ème tour que la grosse vague d’arrêts aux stands se produit. Prudent quatrième derrière Norris, Bottas plonge aux stands en même temps que le Britannique. A cause de sa pénalité, la McLaren glisse hors du podium à la faveur du Finlandais qui passe derrière son coéquipier. Derrière, Russell s’arrête lui aussi pour passer les gommes dures et se retrouve en 16ème position, avant de repasser devant Alonso et Latifi au jeu des arrêts et de repasser Stroll sur la piste !

Devant, Hamilton se trouve à la peine avec une voiture endommagée, tant et si bien que Bottas plus rapide doit malgré tout rester derrière son coéquipier dans l’optique du championnat. Mais Norris est si rapide que les hommes de Toto Wolff sont contraints de laisser passer le Finlandais dans le 52ème tour pour sauver la seconde place. Un tour plus tard, la McLaren retrouve le chemin du podium en doublant un Hamilton en perdition totale, loin de ses habitudes… Il retrouverait presque un visage humain aux yeux de certains à devoir surnager avec une monoplace blessée. En désespoir de cause, il s’arrête au 54ème tour pour remettre des pneus neufs et espérer sauver le point du record du tour. Pérez derrière lui n’est pas une menace : le Mexicain a pris 10 secondes de pénalité pour avoir défendu de façon musclée sur Leclerc dans un style similaire à celui de Norris…

Avec l’arrêt de Tsunoda, Russell est lui 10ème et donc en passe de marquer un point, qui serait son premier avec Williams. Malheureusement pour lui, il se retrouve sous la menace de Fernando Alonso qui bénéficie de pneus plus frais de deux tours. Pendant plus d’une dizaine de tours, l’Anglais se défend bec et ongles face à l’Espagnol, bien déterminé à ne pas laisser filer ce qui serait son premier point avec Williams. Mais il est écrit quelque part que le bonheur se refusera à lui encore et toujours, et Alonso le double à cinq tours de la fin pour lui arracher un point pour lequel il aura littéralement tout donné.

Vainqueur si facile qu’il a pu chausser des gommes neuves pour aller chercher le record du tour, Max Verstappen est le grand gagnant du jour avec un 26-12 collé à Hamilton. Il quitte l’Autriche avec deux victoires et 20 points d’avance supplémentaires au championnat. Il compte désormais 32 unités de plus que Hamilton, chiffre qui aurait pu monter à 43 sans la crevaison de Bakou… Il égale Jenson Button avec sa quinzième victoire en Grand Prix et devient le 25ème pilote à réaliser un Grand Chelem (pole, victoire, record du tour et tous les tours en tête). A noter que le record reste propriété de Jim Clark avec huit Grands Chelems, donc six partagés entre les saisons 1963 et 1965, celles de ses deux titres.

Lando Norris a encore une fois réalisé un festival au volant d’une McLaren sur le papier moins performante que le top 4. Résistant aux assauts de Pérez et d’Hamilton, il a su garder la tête froide pour aller chercher un magnifique podium, le troisième de sa saison et le quatrième de sa carrière. Sa régularité est payante : il est quatrième du championnat, devant Bottas et à trois points seulement de Pérez !

Quant à Russell, il faut croire que son talent n’a d’égal que sa malchance depuis qu’il est arrivé en F1. Encore une fois, les points lui échappent alors qu’ils lui semblaient promis. Il est décidément bien mal servi depuis ses débuts en 2019, que ce soit chez Williams ou pour son seul Grand Prix avec Mercedes l’an dernier. Il faut désormais espérer pour lui que la roue tourne et que son talent intrinsèque soit enfin récompensé à sa juste valeur.

Fondatrice et rédactrice en chef. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. F1nal Lap a pour but de rapprocher les amoureux de la F1 au plus près du Paddock au travers d'un contenu original et recherché. F1nal Lap, la F1 comme vous ne l'avez jamais vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :