Dans les allées du Paddock

Réduire l’appui des F1 2021 : des raisons de sécurité ou soutien à l’empire Pirelli ?

La FIA a prévu de réduire davantage les niveaux d’appui des monoplace 2021. Des raisons de sécurité sont avancées mais cette décision aiderait également Pirelli à utiliser les mêmes pneus pour trois saisons d’affilée.

Contexte

Les Mercedes et Carlos Sainz ont rencontré de sacrés problèmes avec leurs pneumatiques en fin de Grand Prix à Silverstone. Au 50e tour sur les 52 prévus, Bottas crève, il se voit forcé à passer par la voie des stands et le Finlandais voit son podium s’envoler. Deux tours plus tard, Sainz est victime du même malheur. Déjà dans le dernier tour, l’Espagnol n’a pas d’autre choix que de terminer, il dégringole de la 5e position à la 13e, hors des points. Hamilton n’est pas en reste puisque lui aussi, dans l’entame de son dernier tour, le Britannique voit son avant gauche lâcher. Heureusement, son avance sur Verstappen était suffisante pour lui permettre de terminer ce Grand Prix de Grande-Bretagne sur trois roues avec quelques secondes de différence sur le pilote Red Bull.

Il est évident qu’avec une telle catastrophe, Pirelli a dû se justifier et travailler dur pour pallier au problème. Le manufacturier a augmenté les pressions et a travaillé sur la technologie de ses gommes.

Cependant, la domination Pirelli pose déjà question depuis un moment (Cf. le refus des équipes les pneus italiens fin de l’année dernière malgré le maintien de la frime en F1 en 2020) et il ne faut pas oublier que Pirelli sera présent en F1 jusqu’en 2023, passant par tous les changements techniques et réglementaires. Mais comment assurer la présence des italiens en F1 en utilisant les mêmes pneus trois années de suite et faire taire les craintes ? La FIA annonce donc, pour des raisons de sécurité, qu’elle compte imposer une réglementation supplémentaire aux écuries en 2021, en prévoyant de réduire encore plus l’appui des monoplaces.

Quelles conséquences ?

Qui dit réduction d’appui, dit travail encore plus conséquent sur les futures voitures. En effet, le développement des monoplaces 2021 va donc revenir encore plus cher que prévu. Les écuries vont devoir procéder à des changements importants sur leur package aérodynamique. Déjà obligées de réduire la taille de leur fond plat en 2021 pour réduire l’appui en plus du gel du châssis, elle vont devoir s’appliquer à diminuer les points d’appui. Des dépense mal venues alors que nous traversons une période de crise et qu’il faut construire une monoplace à partir de zéro pour 2022.

Raisons objectives

Les voitures évoluent très vite, elles sont de plus en plus performantes et ils faut des pneus de plus en plus résistants. Les contraintes sur le manufacturier sont de plus en plus fortes et Pirelli ne pourra pas répondre indéfiniment aux exigences des évolutions avec les mêmes pneus. Afin d’éviter que les gommes ne surchauffent, voire même explosent, il faut donc limiter l’expansion des évolutions pour assurer la sécurité en piste.

Raisons subjectives

Contenir l’évolution des monoplaces permet de garder Pirelli sur la première marche du podium et ce, de manière plutôt imposée. Et cette fois, les écuries n’auront pas leur mot à dire puisque la FIA évoque des raisons de sécurité, faisant appel à l’article 2.2 qui prévoit que tout changement en lien avec la sécurité « prennent effet sans délai et sans avertissement préalable. » Évidemment, ce petit coup de maître politique permet d’imposer une réglementation sans pour autant créer de polémique dans le Paddock.

Avatar

Fondatrice et rédactrice en chef. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. F1nal Lap a pour but de rapprocher les amoureux de la F1 au plus près du Paddock au travers d'un contenu original et recherché. F1nal Lap, la F1 comme vous ne l'avez jamais vue !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :