Dans les allées du Paddock,  Formule 1

Les livrées historiques : la Haas VF-16

À l’heure des présentations des monoplaces 2019, lors des exhibitions, F1nal Lap revient sur une livrée en particulier dans l’histoire d’une des écuries. Les Américains ont donné le feu vert: c’est une Haas noir et or qui a vu le jour.

En 2019, le rouge et le gris passent aux oubliettes chez Haas. Le nouveau sponsor de boissons énergisantes Rich Energy renomme le team en Rich Energy Haas F1 Team et recolore la voiture. Malgré toutes ses nouveautés, Haas garde ses hommes, Romain Grosjean et Kevin Magnussen, et reste fidèle au moteur Ferrari qui fera vibrer ses entrailles.

Haas est une jeune équipe, arrivée sur le plateau de la F1 en 2016. Retour sur la première édition de cette écurie américaine qui en a surpris plus d’un.

C’est la veille des essais hivernaux à Barcelone que la Haas fait ses premiers tours dans la cadre d’un clip promotionnel. Trente ans après la présence d’une écurie américaine en Formule 1, elle signe le retour des USA dans la discipline au travers d’une livrée est rouge, noire et grise.

https://www.youtube.com/watch?v=u_hlRK2l96c

Créée à partir de zéro, les critiques envers cette équipe si récente sont multiples et peu d’observateurs attendent beaucoup de cette écurie qui n’a pas froid aux yeux. Le projet est porté par Günther Steiner, avec le soutien de Ferrari et le patron milliardaire Gene Haas, les Américains croient en leur projet et n’hésitent pas à apaiser les critiques. Une écurie ambitieuse qui ose le pari de recruter deux pilotes en recherche de succès : elle aligne le désormais fidèle à la marque, Romain Grosjean, qui retrouve à ses côtés Esteban Gutiérrez. « On est assez sereins. On a un projet qui a commencé à se construire il y a six ans, qui est assez solide » avait déclaré à l’époque Romain Grosjean sur Europe 1. « Maintenant, on sait qu’on aura des hauts et des bas. On sait que ce ne sera pas toujours simple et aussi facile qu’on le voudrait, mais dans l’ensemble c’est un projet qui a été construit sur le temps et c’est quelque chose qui m’a séduit.« 

L’écurie fait douter les plus sceptiques dès l’entrée de jeu: parti 19e, Romain Grosjean marque ses premiers points dès le Grand Prix d’Australie en signant une sixième place. Chose qui n’était plus arrivée depuis ses années Toyota en 2002. Raison de plus pour renouveler les exploits le week-end de course suivant. Le pilote français termine à la cinquième place, qui restera toujours maintenant, le meilleur succès de l’écurie américaine.

Evidemment, qui dit jeune écurie, dit tout ne peut pas être parfait. Malgré les soucis de freins dont il a fait les frais plusieurs fois durant le reste de la saison, Grosjean terminera en tout cinq fois dans les points, amenant 29 points à la nouvelle écurie.

Pour Esteban Gutiérrez, la saison a été beaucoup plus compliquée. Il débute la saison avec des abandons, le Mexicain flirte avec le bas de classement ou se fait toujours recaler à la porte des points, sans jamais franchir cette précieuse dixième place. Il dispute son dernier Grand Prix à Abu Dhabi cette saison et termine sa carrière F1 bredouille.

Huitième au championnat du monde 2016, la VF-16 réussit à faire sa place sur la grille. Depuis, elle cumule 169 points au compteur. La nouvelle Rich Energy Haas F1 Team affiche des ambitions fidèles à son image et promet de se battre dans l’avant du plateau 2019.

Angélique Belokopytov

Avatar

Fondatrice et rédactrice en chef. Amoureuse de la course et du journalisme depuis des années, le ronronnement des moteurs m'a bercée depuis ma plus tendre enfance et rythme mon quotidien. F1nal Lap a pour but de rapprocher les amoureux de la F1 au plus près du Paddock au travers d'un contenu original et recherché. F1nal Lap, la F1 comme vous ne l'avez jamais vue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :